Je n’aurais jamais accouché à la maison mais…

J’ai eu deux accouchement très médicalisés. Deux déclenchements dans une maternité de niveau 3.

Un premier accouchement à mille lieux du projet de naissance que j’avais fait et qui avait été validé par le chef de service. L’équivalent d’un stade de foot a regardé à l’intérieur de mon vagin, la lumière était trop forte, une péri tardivement posée (pour un siège déclenchée, ouch) et les commentaires sur le match de foot en cours ont rendu ce moment magique… moins magique.

Malgré ça, pour mon deuxième accouchement, j’ai resigné pour la même maternité. Sans projet de naissance mais avec deux sages-femmes adorables uniquement, du silence et des blagues, un don de sang de cordon surprise et des soins prodigués à côté de moi.

Non, je n’aurais pas voulu accoucher à la maison. Et de toute façon je n’aurais sûrement pas pu.

Mais d’autres femmes le souhaitent. Et le peuvent. J’en connais qui l’ont fait, parce qu’elles le souhaitaient, parce que leur grossesse se passait bien, sans problèmes, que le travail s’est déclenché spontanément, sans problèmes.

J’insiste bien sur ces quelques mots : sans problèmes. Car souvent, quand on parle d’accouchement à domicile, on a une vision biaisée de la réalité. Les sage-femmes ne réalisent des accouchements à domicile que si la grossesse se passe bien et qu’il n’y a qu’un bébé. Pas de siège, pas de jumeaux, pas de soucis de santé (bien souvent décelés lors du suivi de grossesse). Et au moindre problème, direction la maternité!

Le fait est qu’aujourd’hui, accoucher chez soi n’est pas interdit. Une sage-femme peut faire accoucher une femme chez elle. Oui mais. Si on n’interdit rien, les primes d’assurance sont juste exorbitante, dans les 20-25 000€ par an pour des professionnelles de santé qui parfois ne gagnent même pas ça dans l’année. Celles qui malgré tout continuent de pratiquer des accouchements à domicile se voient menacer de radiation de l’ordre des sages-femmes et d’amendes substantielles.

Je n’aurais jamais accouché chez moi mais il est essentiel que les femmes qui le souhaitent puissent le faire. C’est leur droit, c’est leur choix. Diaboliser les sages-femmes et leur mettre des bâtons dans les roues ne peut qu’être une mauvaise chose. Laisser la place à des accouchements à la maison sans la présence d’une sage-femme, et où là les conséquences peuvent être dramatiques.

 

Je vous conseille l’excellent documentaire Entre leurs mains diffusé sur Public Sénat (et disponible en replay).

****************

Si vous voulez m’aider à être le blog de janvier au concours Famili clic clic!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Comments

  1. Mummy s little girl

    8 janvier 2014 at 13 h 25 min

    Haaaa que jai adoré ce reportage je crois que je vais aussi en parler sur mon blog car ca fait des semaines que je suivait la future sortie.
    Avant jamais je naurai accoucher a la maison, aujourdhui apres 2accouchement 3grossesse ma vision a changé.malgré que jai envie de medicalisation pendant la grossesse, le moment de laccouchement doit etre comme on le concoit medialiser ou non!

  2. DanslapeauduneF

    8 janvier 2014 at 16 h 03 min

    Faut que je regarde la fin du reportage mais comme toi je n’aurais pas « aimé » accoucher chez moi

  3. FoxyMama

    9 janvier 2014 at 12 h 58 min

    Bravo, joli billet pour une belle cause

  4. Pomdepin

    9 janvier 2014 at 15 h 52 min

    Ça ne m’est jamais venue à l’idée, mais comme tu dis, à chacune de faites ses choix.

Leave a Reply