L’impression de passer à côté de l’année scolaire de ma fille…

La Miss est en grande section cette année. Son maitre est aussi le directeur de l’école et avant le début de l’année, je ne l’avais guère vu que pour inscrire la Miss il y a 3 ans.

Ses deux maîtresses précédentes étaient très disponibles. J’essayais de ne pas trop en profiter mais j’aimais bien leur relationnel avec les parents. Je ne m’occupais pas des conduites le matin mais je récupérais la Miss le soir à la garderie. Et assez souvent, elles étaient encore là donc je pouvais leur parler quelques minutes. Les deux nous donnaient également un cahier à chaque début de vacances, où les différentes activités étaient collées. On pouvait donc suivre de loin l’évolution de la Miss. La première maîtresse mettait même régulièrement des articles et des photos sur le site web de l’école. C’était top.

Depuis le début de l’années, c’est le flou total.

Ca a commencé quand j’ai voulu parler à l’instit, appelons-le Michel, des soucis de coucher de la Miss (qui allaient forcément influer sur son comportement en classe). J’ai essayé de lui parler un matin mais je l’ai senti fuyant. Le lendemain, je lui ai demandé un rendez-vous, il m’a dit « Oui, oui, on va attendre un peu ».

Ensuite, il y a eu la réunion de parents. Qu’il a organisé un jeudi à 16h30. Je finis à 17h10 (et je suis loin de finir tard). Je lui ai demandé à quelle heure ça finirait, il m’a répondu 17h30. Soit l’heure à laquelle j’aurais pu arriver à l’école. Je lui ai demandé comment ça se passerait pour les parents qui travaillent. Il m’a répondu que je n’aurais qu’à demander aux parents présents. Soit.

Le soir des vacances de Toussaint, j’ai récupéré un gros dossier, rempli de feuilles volantes. Pas de dates, des dessins mélangés à des exercices d’écriture, des exercices en double, certains pas finis, des feuilles avec le nom d’autres enfants… Très loin des cahiers soignés des années précédentes. La Miss n’ayant aucune notion de la temporalité, impossible de savoir quel exercice a été fait avant l’autre. Depuis, ça a été comme ça à chaque vacances. Un dossier que l’on doit rendre vide au retour des vacances et aucune autre info.

J’ai voulu prendre rendez-vous avec Michel. « Oui Madame, les rendez-vous c’est le mardi de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30 ». « Oui mais je travaille le mardi, je pensais plus à un rendez-vous le soir vers 17h30 ». « Ca va être très compliqué, je vous en reparle ». J’attends toujours. Pourtant je pensais que les PE avaient des heures devant les parents à faire…

Ensuite, il y a les rendez-vous sympas organisés pour les parents. Des ateliers lectures, des rendez-vous sur la parentalité, l’atelier déguisement pour le carnaval… Tous organisés en semaine à 8h30… Et forcément quand tu réponds « Non je ne peux pas rester, je dois aller travailler », on te regarde de travers, genre « Elle ne s’intéresse pas à la vie de l’école ». Mais aller travailler à 8h30 , c’est NORMAL non?

Un jour, la Miss m’a dit qu’elle était allée au soutien le midi. Quoi? Au soutien? Elle a donc un souci? Un problème? Un retard quelque part? Pourtant sur son bulletin c’était écrit « Bon niveau scolaire ». Panique à bord. Je me renseigne auprès des PE de mon entourage, de ma TL, on me rassure, c’est peut-être une petite faiblesse, mais peut-être pas. Je zappe d’en parler à Michel et je passe à autre chose. Jusqu’au jour où je reçois un message dans le cahier de liaison (cahier à sens unique puisque seul Michel l’a en sa possession). La Miss va bénéficier de l’aide personnalisée chaque jeudi pour les « graphismes complexes ». Sans aucune autre info. Je me renseigne et j’apprends que plusieurs enfants y vont, pour consolider leurs bases en vue de l’entrée au CP. Soit. Mais un petit mot explicatif aurait été bien non?

APC

Et la dernière en date : la classe verte. Les enfants partent trois jours en mai. Pas très loin mais deux nuits loin de nous sachant que la Miss est une flippée des nuits, ça risque d’être sportif. On a eu des papiers, des recommandations, on a signé des tas d’autorisation et j’attendais la réunion pour en savoir plus et surtout voir avec Michel pour qu’il puisse gérer les angoisses de la Miss. Sauf que, devinez quoi? La réunion est un jeudi à 16h30. HAHAHAHAHA.

Pour l’instant, il ne m’en a pas parlé. Mais j’ai bien l’intention de lui demander ce qu’il prévoit pour les parents qui travaillent. Et si un jour je vais pouvoir avoir ce p%$£& de rendez-vous!

Ca m’énerve car même si la Miss nous raconte ce qu’elle fait (un peu), je vois arriver le passage en CP en ne sachant pas trop son niveau (enfin, heureusement à la maison on la fait lire, écrire et (un peu) compter). Je n’imagine pas comment ça se passe dans les familles où les parents ne suivent pas…

(Sinon j’ai réussi à inscrire Raoul à l’école sans avoir un seul rendez-vous avec Michel. Balèze non?)

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 Comments

  1. LMO

    3 avril 2014 at 12 h 38 min

    L’inscrire « EN CANTINE »???? Je meurs…

  2. Tata tricot

    3 avril 2014 at 13 h 42 min

    Ah ben mince alors! C’est étrange la réaction de Michel. ;-(
    Ca me fait encore plus flipper de penser à l’école! Allez j’ai encore un peu de temps! Courage (non 8h30 c’est normal! )

  3. Vinie

    3 avril 2014 at 15 h 20 min

    Il n’a pas l’air d’avoir envie de se rendre disponible…

  4. Féelyli

    3 avril 2014 at 20 h 09 min

    Je suis instit en maternelle et toutes les réunions avec les parents se font le soir vers 18h30 ou même plus tard. Pour les rendez-vous avec les parents, je trouve toujours une solution et je ne refuse jamais. C’est énorme. Essaie de te renseigner auprès des parents délégués pour faire remonter tout ça, tu n’es sans doute pas la seule dans cette situation. Bon courage.

  5. mummy's little girl

    3 avril 2014 at 21 h 22 min

    justepufffff cest quoi ce directeur? jy connais encore rien mais cest abusé.
    et pour linscription nous on voit meme pas la directrice on inscrit a la mairie.

  6. Erine

    3 avril 2014 at 23 h 38 min

    Je découvre ton blog et j’ai vu ce post. Je viens donc te mettre un petit mot de soutien. Mon avis c’est que cet instit n’a vraiment pas l’air de prendre à coeur son travail. Pardonne moi l’expression mais chacune de ses interventions est fait au lance-pierre. J’avais une instit pour ma fille dans le même style. C’était moins désavantageux pour elle car elle n’étais qu’en PS mais là en GS j’imagine ton désarroi. D’autres parents sont-ils dans ton cas? Impossibilité de venir aux réunions car largement trop tôt (vu l’heure y’a des chances je pense…)? Même constat concernant sa manière d’enseigner et le suivi des enfants? Vous vous groupez et vous lui faites savoir que certaines choses ne vont pas…
    Pour l’aide personnalisée, je ne sais pas comment ils fonctionnent dans l’école de ton enfant mais ici ce n’est pas forcément lié aux difficultés des enfants. Les maîtresses rusent et l’utilisent pour faire découvrir de nouvelles choses aux enfants qui sont presque tout le temps à la garderie le soir. ça permet de compenser ce qu’elles n’ont pas eu le temps de faire en journée ou aussi de prendre du temps en petit groupe avec les petits.
    Pour la classe verte, c’est tôt en GS.

  7. Mohamed SimpleDad

    3 avril 2014 at 23 h 58 min

    Perso, mon jeune est dans une école où être en soutien semble être une bonne chose, j’ai lu avec beaucoup d’intérets tes angoisses et je dois avouer que je les partage.
    N’hésite pas à lui demander une date pour un rendez-vous (et à faire le pied de grue). « Monsieur, je ne partirai pas sans une date ». Il s’agit de ta gamine et les dessins d’autres gosses c’est tout simplement trop !

    Enfin… je te souhaite bon courage et je te remercie pour l’article 🙂

  8. Maud

    5 avril 2014 at 21 h 19 min

    C’est vraiment abusé ! parce que même moi, qui ne passe pas tout mon temps à l’école (instit en GS, mais 2 enfants en bas âge à récupérer chez la nounou juste après, pas le temps de trainer…), je gère pour les rdv exceptionnels, je demande à la nounou de les garder 30 min de plus (oui c’est largement suffisant en général pour écouter les parents et essayer de communiquer dans les 2 sens)… et je ne suis pas une instit « à fond » dans son boulot, mais qd même, y a un minimum à respecter : je fais mes réunions à 17h, et je rends un classeur dont les fiches y sont rangées par ordre chronologique, avant chaque vacances ! pour le soutien (APC), j’explique le concept à ma réunion de rentrée, rassure les parents qui ressentiraient une inquiétude (parfois c’est pas seulement les enfants en difficultés, tout dépend des objectifs de l’enseignant, du milieu social de l’école, de l’ien…) et explique plus en détails pourquoi si les parents le demandent… bref, c’est le minimum syndical je trouve, et vraiment mon boulot n’est pas une priorité dans ma vie !! mes élèves de GS en milieu défavorisé sont bons cette année, et j’en suis fière : on a lancé le théâtre et tenté une représentation en fin d’année… et une bonne part des élèves savent presque lire et écrire 🙂
    enfin, y a vraiment des boulets partout (j’ai une collègue comme ça dans mon école… ) c’est triste ! 🙁 moi j’adore communiquer avec les parents matin et soir, je trouve que c’est bien l’avantage de la maternelle !!

Leave a Reply