Zoom sur l’Arnica Montana, l’allié des parents!

L’année dernière, je vous parlais de la façon dont les maux de l’été pouvaient être soignés grâce à l’homéopathie. Cette fois-ci, nous nous sommes réunis grâce au Laboratoire Boiron autour d’une petite plante qui nous aide bien dans notre vie de parents (surtout si on a des enfants casse-cou ou pas doués) : l’arnica montana.

(c) Le choix Boiron

Autour d’un délicieux burger qui m’a fait exploser mes points WW de la journée, nous nous sommes amusés à répondre à quelques questions sur la petite fleur jaune. L’occasion d’apprendre plein de chose et de réviser ce que nous savons. La récolte a commencé mardi  sur le site du Markstein dans les Vosges où Boiron a signé une convention pour sa cueillette. La région est restée sauvage et sans pollution.

Nous avons donc appris comment l’arnica passe d’une petite fleur à des granules que l’on garde précieusement dans son armoire à pharmacie. Les fleurs sont utilisées dans les 48h après la cueillette. Elles sont ensuite contrôlées très rigoureusement avant de macérer plusieurs jours dans une solution hydro-alcoolique, ce qui donne la teinture mère. C’est à partir de cette dernière que les globules et granules seront imprégnées grâce à une triple-imprégnation (méthode brevetée par Boiron et qui garantit une répartition homogène du principe actif).

Aussi appelée « Le tabac des Vosges » ou « La tueuse de loup »(Wolferley en Allemand), l’arnica contient énormément d’huiles essentielles ce qui lui confère une odeur particulière. Son utilisation est notamment préconisée pour soulager les coups et les bosses mais aussi les crampes. Bien sûr on l’utilise quand les enfants se font mal (ou quand on se cogne le petit orteil contre ce &ù$*£ de pied de table) mais l’arnica peut également être utilisé lors de cas de grippe, pour soigner les courbatures.

D’ailleurs, il est conseillé d’avoir toujours de l’arnica sur soi, sous la forme que l’on préfère pour pouvoir dégainer dès que le besoin est là (Aïe!).

Rendez-vous sur Hellocoton !