En septembre j’ai lu…

Contrairement à beaucoup de personnes, je lis plus lorsque je travaille que lorsque je suis en vacances. C’est grandement du au fait que je suis en vacances en même temps que les enfants et qu’ils ne me laissent pas le temps de lire. Du coup, je lis matin et soir dans le métro et parfois un peu le soir quand ils sont couchés. Chaque mois, je vais essayer de revenir sur mes lectures passées et vous donner mon avis.

Cette liste est chronologique, pas d’ordre de préférence mais juste l’ordre dans lequel j’ai lu les livres.

Complétement cramé de Gilles Legardinier

L’histoire : Lassé d’un monde dans lequel il ne trouve plus sa place, privé de ceux qu’il aime et qui disparaissent un à un, Andrew Blake décide de quitter la direction de sa petite entreprise pour se faire engager comme majordome en France, le pays où il avait rencontré sa femme. En débarquant au domaine de Beauvillier, là où personne ne sait qui il est réellement, il espère marcher sur les traces de son passé. Pourtant, rencontres et situations hors de contrôle vont en décider autrement… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps, Odile, la cuisinière et ses problèmes explosifs, Manon, jeune femme de ménage perdue et Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui cherchait un moyen d’en finir va être obligé de tout recommencer…

Mon avis : c’est le premier livre de Gilles Legardinier que je lis et j’ai beaucoup aimé. Les personnages sont super attachants, l’histoire se suit avec plaisir, l’écriture de l’auteur est agréable et fluide. On arrive à la fin en un battement de cil, du moins c’est ce dont on a l’impression !

La mécanique du cœur de Mathias Malzieu

la mecanique du coeurL’histoire : Édimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter trois lois : premièrement ne pas toucher à ses aiguilles, deuxièmement maîtriser sa colère et surtout ne jamais au grand jamais, tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu’aux portes de l’Andalousie.

Mon avis : Oui, je sais, j’ai lu ce roman dix ans après tout le monde. Et pourtant je connaissais plus ou moins l’histoire et l’univers un peu burtonien m’attirait. Mais voilà, je ne l’avais encore jamais lu. Je n’en avais entendu que du bien, que des louanges. Et… et bien je suis mitigée. L’histoire est vraiment chouette c’est un fait. Mais je n’ai pas trop aimé l’écriture que j’ai trouvée trop poétique. Ça peut paraitre étrange comme ressenti mais j’ai eu l’impression de lire un long poème ou une longue chanson. Et puis j’ai trouvé que le déroulé était bien long pour une fin qui arrive comme un cheveu sur la soupe et qui m’a laissée sur ma faim. Donc oui, je suis plutôt mitigée.

Un avion sans elle de Michel Bussi

L’histoire : Lyse-Rose ou Émilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapée d’un crash d’avion, une fillette de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée « Libellule ». Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, la jeune femme va dénouer les fils de sa propre histoire jusqu’à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?

Mon avis : Vous savez ces livres que vous avez envie de finir très vite tellement vous avez hâte de savoir la fin ? Et ben c’est exactement ce genre de livre. Je l’ai lu en quelques jours (je l’aurais fini bien plus vite si je l’avais lu dans mon canapé ^^). Des fausses pistes, des indices, des rebondissements, l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la fin. J’ai lu des avis disant que la fin les avait déçus. Et bien moi je l’ai aimée cette fin, même si je l’avais pressentie. Mais chut…. je ne dis rien au cas où vous n’auriez pas lu le livre ^^

Un Tout Petit Rien de Camille Anseaume

un tout petit rienL’histoire :  » On n’a ni projets ni même le projet d’en avoir. Le plus gros engagement qu’on ait pris ensemble, c’était de se dire qu’on s’appellerait en fin de semaine. C’était quand même un mardi. On s’aime surtout à l’horizontale, et dans le noir, c’est le seul moment où on n’a plus peur de se faire peur, où on ose mélanger nos souffles sans redouter que l’autre se dise que ça va peut-être un peu vite. C’est beaucoup plus que sexuel, c’est beaucoup moins qu’amoureux. C’est nos culs entre deux chaises, c’est suffisant pour faire semblant de faire des bébés, pas pour en avoir.  »

Mon avis : Dès sa sortie, ce premier roman de Camille Anseaume a suscité l’engouement parmi les blogueuses. Je ne vais pas être très originale car j’ai adoré. Le ton est frais et impertinent mais en même temps délicat et toujours juste. C’est l’histoire d’un choix qui va bouleverser une vie, plusieurs vies. Ce sont des mots qui m’ont touchée, moi la maman, moi la femme, moi celle qui a été célibataire et qui aurait pu vivre la même chose, qui me serait posé les mêmes questions. Les mots de Camille Anseaume sont simples et plein d’humour mais en même temps à la lecture de ce premier roman, on a les yeux qui picotent…

L’amour et les forêts d’Eric Reinhardt

L’histoire : À l’origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l’écrivain, l’entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte. Récit poignant d’une émancipation féminine, L’amour et les forêts est un texte fascinant, où la volonté d’être libre se dresse contre l’avilissement.

Mon avis : La claque. J’ai commencé ce livre par hasard. Parce que M. Farfalle l’avait lu et qu’il était sur le Kindle. Je n’ai pas aimé les premières pages, l’installation des personnages. Je n’ai pas aimé le style que j’ai trouvé un peu pompeux. Et puis l’histoire s’installe. On suit Bénédicte Ombredanne dans sa (vaine) quête d’émancipation, on suit ses trop rares bouffées d’air, on a des envies de meurtre vis-à-vis de son mari, on espère le happy end. « Encore moins qu’un animal, que l’on caresse, encore moins qu’une plante verte, que l’on arrose, encore moins qu’un objet, qu’on époussette, encore moins qu’une prostituée, que l’on rétribue » C’est ainsi que se définit Bénédicte Ombredanne, épié, guettée, harcelée par un mari minable et jaloux. On sort de cette lecture chamboulé, pris aux tripes.

Demain j’arrête de Gilles Legardinier

demain j arreteL’histoire : Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon avis : J’avais aimé Complètement cramé donc j’ai enchaîné avec celui-là… que j’ai aimé aussi!! L’histoire a un petit (enfin non pas petit en fait) côté chick litt et il aurait carrément pu être écrit par une femme tant les émotions décrites sont plausibles. J’ai bien rigolé en lisant certains passages (et dans le métro ça fait toujours son petit effet) et même si la fin est prévisible, on suit avec plaisir les péripéties de Julie. Une vraie bouffée d’air frais après le livre précédent!

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  1. danslapeaudunefille

    1 octobre 2014 at 11 h 39 min

    merci pour les idées ! J’en ai lu 3 dans ta liste 😉

  2. Maricé

    2 octobre 2014 at 11 h 00 min

    A part l’amour et les forêts, et la mécanique du cœur (mais j’ai vu le film, avec mes filles, c’est beau, on reste en effet sur sa fin, et ce n’est pas pour les enfants. Trop esthétique, symbolique, sans humour), je les ai tous lu, tous aimés. Michel Bussi a fait d’autres thrillers prenants (ne lâche pas ma main….Il faut le temps de s’installer dans l’histoire, mais après on est pris!), et Gilles Legardinier deux autres romans « aux couvertures félines ». L’avant dernier est plus pour les ados, jepense, mais j’ai bien aimé, et le dernier, il vient de sortir, je ne l’ai pas lu (l’histoire d’une femme trahie qui décide d’arrêter d’être gentille avec les hommes, si j’ai bien compris). Quant à Camille Anseaume, elle n’a pas encore sorti de nouvel opus, mais a un blog (café de filles) sur lequel elle note ses pensées sous forme de courtes nouvelles où on reconnaît « sa patte ». j’aime bien.
    En passant, les romans de Susan Fletcher (les reflets d’argents, un bucher sous la neige, avis de tempête…° sont un vrai régal que je conseille quand je peux. Du coup…
    Bonne journée!

    1. Maricé

      2 octobre 2014 at 11 h 01 min

      On reste sur sa FAIM à la FIN…Et moi j’ai mangé mes mots….

Leave a Reply