Je suis sa maman

Hier, je la coiffais, parce qu’elle voulait une belle coiffure de princesse. Je l’écoutais me raconter ses histoires fabuleuses, pleines d’imagination et de fantaisie. C’est elle qui a choisi sa robe, la nouvelle, la noire qui est si jolie parce qu’elle a des froufrous. Qu’elle porte avec ses bottines qui ont un peu de talons mais pas trop parce que je suis une petite fille quand même. Et on est allées se maquiller, un peu de rose sur les joues, du gloss sur les lèvres et un chouia de mascara parce que ça fait ressortir mes yeux qui sont noisettes, hein maman?

On a préparé son sac pour partir une semaine chez Marraine et Mamie. Avec plein de jupes parce que c’est mieux et qu’à l’école elle préfère mettre des pantalons, c’est plus pratique pour jouer dans la cour. Mais là c’est les vacances alors c’est chouette.

On s’est assises dans le canapé pour un câlin improvisé comme elle en a le secret. On arrête tout, on fait un câlin tout de suite. Elle s’est nichée contre moi, comme un bébé qu’elle n’est plus depuis longtemps. Elle m’a raconté ses secrets, son nouvel amoureux, ses nouvelles copines et puis elle a vu un petit livre posé près du canapé et elle l’a pris. Raoul s’est approché, a demandé une histoire et elle a commencé à lire pour son frère. C’est encore un peu laborieux, elle bute sur quelques mots ou quelques lettres mais elle a raconté l’histoire à son petit frère.

Et puis on a dansé, toutes les deux, une valse comme les princesses. En comptant un deux trois, un deux trois et en tournant.

Et elle m’a parlé de quand elle sera grande, qu’elle aura des enfants, deux ou trois et qu’elle sera maîtresse et docteur aussi. Un docteur qui fait naître les bébés. Ou peut-être sage-femme parce qu’elle est sage et qu’elle a très envie de faire naître les bébés, c’est sa passion depuis un ou deux ans. Ça sera compliqué d’être maîtresse et docteur alors s’il faut choisir, elle sera docteur parce que faire naître les bébés c’est le plus beau métier de la terre quand même.

Je la regarde, ses longs cheveux blonds qui ondulent, son petit nez délicat, ses yeux couleur noisette dorée, ses toutes petites taches de rousseurs sur les pommettes. Ma grande fille qui s’est affinée ces derniers mois, qui est si grande pour son âge, ma toute petite qui n’est plus si petite.

Je la regarde et je n’en reviens pas d’être sa maman. Je suis la maman de cette petite fille. Elle me rend folle mais elle va me manquer. Je suis la maman de cette petite fille extraordinaire. J’ai de la chance.

(c) mademoiselle farfalle

Rendez-vous sur Hellocoton !