En janvier j’ai lu…

Le mois dernier, je n’ai pas publié de billet sur mes lectures. Pour la simple et bonne raison que j’ai commencé un seul livre, fini ce mois-ci !

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

goncourt 2013

 

 

Résumé : « Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »
Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, « Au revoir là-haut » est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

Mon avis : c’est le fameux livre que j’ai commencé en décembre. Je ne suis pas férue d’histoires de guerres alors quand j’en ai commencé la lecture, je me suis dit que j’allais m’ennuyer. Mais c’est sans compter sur le talent de Pierre Lemaitre pour nous plonger dans l’histoire (et dans l’Histoire). On suit ces deux frères d’armes dans l’après-guerre, la difficile reconstruction de deux vies gâchées, leur désir de revanche, leurs peurs, leurs envies… Les faits réels se mêlent à des faits inventés mais c’est toujours crédible et ça se lit avec passion (alors même que le livre fait plus de 500 pages). C’est le Goncourt 2013 et c’est mérité tant c’est bien écrit, sans effets de styles inutiles. Juste un excellent livre.

L’affaire Cendrillon de Alafair Burke et Mary Higgins Clark

affaire cendrillon

Résumé : Suspicion, un programme de télé-réalité qui reconstruit des cold cases avec la participation des personnes proches des victimes, est la série-événement du moment.

La productrice télé Laurie Moran et l’avocat Alex Buckley, ravis du succès du pilote, ont trouvé l’homicide parfait pour le deuxième épisode The Cinderella Murder. La victime est la belle Susan Dempsey, une brillante étudiante de l’Université de Californie à Los Angeles, assassinée après une audition qu’elle était censée passer dans la villa d’un grand réalisateur hollywoodien. Retrouvée avec une seule chaussure au pied, à quelques kilomètres de sa voiture, Susan ne s’est peut-être jamais rendue à son audition. Mais même si les preuves ont été dissimulées, les possibles suspects finiront tous sous les feux des projecteurs télé.

Mon avis : j’ai presque lu tous les livres de MHC et j’avoue que les derniers ne m’ont pas plu du tout. La même trame, des détails sans intérêt, des histoires sans suspens, je continuais de les lire juste parce que ma maman les achète tous. Et une fois encore, c’est à ma maman que j’ai emprunté ce livre. Encore une fois, on retrouve les descriptions hyper détaillées (À trente-sept ans, Laurie n’ignorait pas qu’elle était d’un abord affable. Avec sa silhouette svelte, ses cheveux couleur de miel et ses yeux noisette, elle était ce qu’on appelle « jolie et élégante ». Ses cheveux coupés au carré retombaient librement sur ses épaules et elle prenait rarement la peine de se maquiller.) Comme d’hab l’héroïne est belle et intelligente, comme d’hab elle est épaulée par un homme séduisant… L’histoire est encore sur la même trame mais elle se lit sans déplaisir. Et même si c’est la suite de « Le bleu de tes yeux », on peut aisément lire « l’affaire Cendrillon » sans l’avoir lu.

Le premier jour du reste de ma vie… de Virginie Grimaldi

livre ginie femme sweet femme

Résumé : Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde…

Mon avis : Virginie Grimaldi, c’est Ginie, du blog Femme Sweet Femme. Je suis une lectrice épisodique de son blog et je la suis sur Twitter et Facebook. Alors ce qui m’a marqué dans ce livre, c’est qu’on la retrouve énormément. Plusieurs fois, j’ai fait des parallèles entre son héroïne et elle que ce soit dans ses goûts musicaux (Jean-Jacques ^^) ou encore dans certains dialogues.
Et alors, est-ce qu’il est bien ce livre ? Et bien oui, il fait du bien. C’est typiquement un bouquin feel good, un livre qui fait du bien à la tête et au cœur. Un peu comme ces comédies romantiques dont Marie, l’héroïne est friande. Une sorte de Love Actually en version livre. Une histoire qu’on lit avec des chaussettes en pilou, un plaid moelleux et un chocolat chaud (et une tartine de Nutella en hommage à Ginie). Un livre très bien écrit, une écriture sans fioritures, qui se lit d’une traite et avec plaisir !

Le cercle des femmes de Sophie Brocas

le cercle des femmes

Résumé : Lia vient d’avoir vingt ans. À la mort de son arrière-grand-mère, elle se retrouve dans sa maison de famille, dans les Landes, avec sa mère, sa grand-mère et la meilleure amie de la défunte. Durant ces quelques jours de funérailles, de deuil et d’intimité partagée, vient le moment d’échanger ses souvenirs, mais aussi de mettre de l’ordre dans les affaires de l’aïeule. Lia découvre à cette occasion des carnets de notes et des lettres soigneusement consignés dans une boîte à chaussures. À sa grande surprise, ces écrits relatent une version bien différente de la disparition du mari de son arrière-grand-mère que celle racontée depuis toujours dans le cercle familial. Poignantes, ces lettres révèlent surtout un destin brisé par la honte et le chagrin. Roman initiatique, Le Cercle des femmes démontre qu’un secret de famille marque – radicalement parfois – toute une descendance. Telle cette tribu très attachante qui a laissé peu de place à l’élément masculin dans le huis clos familial, sans jamais en saisir la raison. Lia saura-t-elle transformer ce sentiment de trahison en pardon ? Sa colère en bienveillance ? Saura-t-elle rompre la fatalité du  » cercle des femmes  » pour s’ouvrir aux hommes et à l’amour ?

Mon avis : j’ai commencé ce livre sur les conseils de ma copine Céline. J’en ai aimé 90%. Je m’explique. J’ai adoré le début de l’histoire, la découverte du secret de famille, ces personnages de femmes fortes en apparentce mais si fragile dans leurs émotions et leurs relations. J’ai aimé le point de vue du narrateur, celui de la jeune Lia, son regard sur les femmes de sa famille, son envie de réussir sa vie personnelle, pour aller à l’encontre de l’Histoire familiale. Mais je n’ai pas aimé la fin, trop convenue. Dommage.

Les dix plus beaux jours de ma vie de Adena Halpern

les dix plus beau jours de ma vie

(Parution à venir le 4 mars prochain)

Résumé : Renversée par une Mini Cooper alors qu’elle promenait Peaches, son pocket beagle, Alexandra Dorenfield, 29 ans, se réveille au Paradis. Et découvre, ébahie, qu’on y exauce tous ses voeux : elle a la maison de ses rêves, un dressing rempli de vêtements des couturiers qu’elle adore, et peut dévorer des gâteaux sans prendre l’ombre d’un microgramme… Pas de doute, elle se trouve à l’étage VIP de l’au-delà ! Et comme la perfection est bien de ce monde céleste, son nouveau voisin, Adam, est à tomber. Mais voilà, pour rester au Paradis version Septième Ciel, il y a une condition. Prouver qu’on le mérite. Faire le récit des dix plus beaux jours de sa vie sur Terre. Si Alexandra échoue à cet examen, elle dégringolera de plusieurs étages… Adieu dressing, amour et chocolat ! Autant dire l’enfer.

Mon avis : Quand on m’a proposé de recevoir ce lire pour donner mon avis, j’ai craqué sur l’histoire. Et oui, qui ne rêverait pas de manger sans grossir et d’avoir le dressing de Paris Hilton ? Le hic étant que pour cela, l’héroïne commence par mourir. J’avoue que je n’ai pas trop aimé le début. Le personnage est très tête à claque et j’ai eu un peu de mal avec le style. Beaucoup de blablas, de détails, des phrases trop longues. Bof bof. Mais quand elle commence le récit de ses dix plus beaux jours sur Terre, le style change, l’héroïne devient attachante et c’est même parfois un peu émouvant. Au final, c’est un bon petit bouquin de chick litt ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  1. Charlotte

    2 février 2015 at 14 h 03 min

    Je vois passer depuis quelques jours le livre de Virginie Grimaldi sans avoir prêté attention au résumé, mais ce que j’en lis me donne envie de l’acquérir !
    Je me suis lancée dans un defi lecture pour cette année et du coup, je suis prise d’une frénésie, alors je suis preneuse de nouvelles idées 😉
    D’ailleurs, si tu cherches des idées, j’ai fait un petit bilan de mon mois de janvier moi aussi : http://wp.me/p5kH16-46

  2. Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi - Mademoiselle Farfalle

    6 mai 2016 at 10 h 35 min

    […] Le premier livre de Ginie, je l’avais bien aimé. Mais ça n’avait pas été un immense coup de coeur. Je l’avais qualifié de livre Feel Good car en le lisant, on passe un bon moment. Mais je n’avais pas été aussi dithyrambique que les autres blogueuses qui en avait parlé. […]

Leave a Reply