L’enfant plein de surprises

Raoul a bientôt 32 mois. Deux ans et demi et des brouettes. C’est l’âge du terrible two, l’âge des apprentissages fulgurants, l’âge des tests en tous genres. Et donc l’âge des conneries.

En ce moment, c’est un festival. Il enchaîne les bêtises et force est de constater qu’il a une imagination débordante. Et qu’il ne tient pas en place deux minutes, j’en avais déjà parlé .

La semaine dernière, je devais aller à Paris et comme je ne voulais pas faire venir ma belle-mère pour ça ou embêter une copine, je l’ai emmené avec moi. Armée d’un paquet de bonbons (dont il a renversé la moitié sur le quai de la gare) et d’un magazine « Super activités, des dizaines de coloriages, autocollants et histoires », je pensais passer une heure plutôt calme dans le train. Le bouquin l’a captivé deux minutes trente, il a ensuite réveillé tous les gens qui dormaient en leur braillant dessus « IL FAIT DODO LE MONSIEUR », est allé 12 fois aux toilettes puis est allé s’incruster dans un groupe de personnes en plein boulot. Le pompon a néanmoins été sur le chemin du retour où il a LÉCHÉ la jambe d’une jeune femme avec laquelle je discutais.

Dimanche il a propulsé mon téléphone sur le sol carrelé de la cuisine de mes parents, me privant ainsi de mon doudou.

Le niveau de conneries était déjà bien haut.

Mais non, il a voulu en rajouter une petite couche. Comme ça, pour le fun.

Hier, mercredi donc, je passais une matinée tranquille, ma tension était à un niveau acceptable et les enfants jouaient tranquillement (fait assez rare pour être souligné). En bonne mère de famille, j’ai donc décidé de me faire un mojito vider le lave-linge. Lave-linge qui est situé dans une nouvelle pièce, créée à l’occasion des travaux. Une buanderie/toilettes (sauf qu’on a toujours pas de toilettes dedans mais bref passons). Cette pièce a la caractéristique de ne pas avoir de poignée à la porte. Ne me demandez pas où elle est, j’en sais rien. Je ne l’ai jamais vue. Toute à mon affaire, je n’ai pas remarqué le petit monstre qui s’était rapproché. Et là, « BAM », la porte qui se ferme. Moi bloquée à l’intérieur, sans téléphone (ben oui, il est mort HAHA), sans aucun outil pour me permettre d’ouvrir la porte. Les deux enfants à l’extérieur, seuls. Après m’être à moitié déboîté l’épaule pour essayer de l’ouvrir, j’ai du me rendre à l’évidence, j’étais bloquée de chez bloquée.

La Miss a commencé à paniquer et à pleurer, Raoul a commencé à faire des conneries, bref c’était du grand n’importe quoi.

Après s’être calmée, la Miss a tenté de jouer les McGyver en faisant comme M. Farfalle et en mettant une clé de voiture dans le trou de la poignée pour ouvrir la porte. En vain. Re-panique.

Après avoir moi-aussi paniqué comme une malade Très calmement, j’ai dit à la Miss de prendre mes clés, d’ouvrir la porte d’entrée, de la refermer derrière elle (Raoul étant capable de la suivre dans la rue) et d’aller chercher le papa de sa copine L. qui habite au bout de notre rue.

Pendant l’attente, j’entends la douce voix de Raoul qui me dit « maman, je suis coincé ». Puis la voix de mon sauveur « Ben qu’est-ce que tu fais là toi? ». Raoul était grimpé sur le plan de travail de la cuisine et n’arrivait pas à descendre. Je vous jure.

Après quelques minutes et tâtonnements, j’ai pu sortir de ma prison, la tension à 32.

C’est sympa les mercredis chez les Farfalles. On s’amuse bien.

Et puis comme fait des bêtises toute la journée ça fatigue, il s'est endormi sur moi à 18h
Et puis comme fait des bêtises toute la journée ça fatigue, il s’est endormi sur moi à 18h
Rendez-vous sur Hellocoton !