En croisière fluviale : la vie sur le bateau

Lors du long weekend de l’Ascension, nous étions en croisière fluviale depuis Pontailler sur Saône en Bourgogne et en Franche-Comté. Nous sommes partis avec M. Farfalle, les enfants et mes parents sur la Petite Saône, dans une région que nous adorons. Pour ce premier billet sur notre aventure, je vous propose de parler de la vie à bord, du bateau et de la façon dont on a géré les enfants.

Cette croisière n’était pas la première pour mes parents et moi car nous avions déjà fait la Sarthe, la Mayenne, le Canal du Midi et le Lot ensemble quand j’étais adolescente. En revanche, c’était une première pour M. Farfalle et bien-sûr pour les enfants. Nous n’avions en revanche encore jamais tenté la location de bateau sans permis en Bourgogne.

les canalous plaisance

Le bateau

Nous sommes partis à bord d’un Tarpon 32. Il s’agit d’un bateau pour 4 à 6 personnes (plus deux couchages enfants). Il y a deux cabines pourvues chacune d’une salle de bains avec toilettes et d’un couchage enfant et il est aussi possible de convertir le carré en couchage. Je trouve qu’il est vraiment idéal dans notre configuration c’est à dire deux couples plus deux enfants. La Miss dormait avec nous tandis que Raoul dormait avec mes parents. Pour avoir déjà utilisé le carré comme couchage, je le déconseille car ça n’est pas du tout pratique de devoir faire et défaire le couchage chaque matin et soir pour pouvoir y manger.

Nous avons particulièrement apprécié les salles de bain que l’on a trouvées pratiques. Dans les bateaux que nous avions testé auparavant (des Nichols pour la plupart), il n’y avait pas de vraie séparation entre la douche et les toilettes ce qui faisait que la salle de douche tout entière était noyée après chaque douche, toilettes comprises. Là, la disposition des sanitaires plus le rideau de douche permettaient de limiter les dégâts. Petit bémol sur la literie, pas vraiment confortable (matelas très dur et surtout on sentait vachement le plastique sous les draps) et le manque d’isolation. La première nuit, on avait mis du chauffage car il faisait un peu frais et il y avait une condensation de folie dans les cabines. Sinon on a bien aimé le fait d’avoir les enfants avec nous dans des vrais lits. Ils ont super bien dormi tout le séjour. On a pu manger à 6 sur le carré sans problème et prendre l’apéro sur le pont. C’est mon papa et M. Farfalle qui ont conduit le bateau et ils ont préféré le poste de conduite extérieur d’où ils avaient une meilleure visibilité. Ils ont en outre trouvé que le bateau n’était pas très manœuvrable (toujours en comparaison avec les Nicols). Côté cuisine, on a surtout utilisé les plaques de cuisson et une fois le four pour faire réchauffer une fougasse. De toute façon, on ne fait pas de grande cuisine dans un bateau ^^

Les enfants à bord

J’avoue que j’avais très peur d’emmener les enfants, surtout Raoul qui est du genre remuant. A 4 adultes pour 2 enfants, c’était parfait. Lors du passage des écluses, un adulte gérait les enfants, un autre dirigeait le bateau et les deux autres s’occupaient des manœuvres. J’étais quand même très rassurée par le fait qu’ils aient un gilet de sauvetage mais malgré tout, je stressais dès que je voyais Raoul sur le pont. Sur les trois jours complets de navigation, on a eu une seule journée de mauvais temps. J’avais prévu des occupations pour les enfants : un canevas, des livres, un carnet de Sudoku, un Uno ou encore un jeu de 7 familles pour la Miss. Pour Raoul, c’est un peu plus compliqué vu qu’il a du mal à rester en place, j’ai malgré tout eu du succès avec des décalcomanies, un cahier d’activité Docteur la Peluche (sa fixette du moment) et quelques dessins animés sur mon téléphone.

sudoku enfant

décalcomanies tracteurs

 

 

On a eu la chance d’avoir du beau temps donc on a passé pas mal de temps dehors, les enfants ont bien profité et ont adoré nourrir les cygnes, regarder les paysages et commenter ce qu’ils voyaient. Ils ont adoré les écluses et sont devenus des experts. Lorsqu’on s’arrêtaient, ils ont aimé se promener (j’avais oublié l’ergo donc on a du porter Raoul quand il était fatigué) mais aussi pêcher et nettoyer le pont (ça c’était pratique). Chaque arrêt était l’occasion pour eux de se défouler et de courir un peu. Je pense que si on repart, on prendra les vélos ou les trotinettes pour qu’ils en fassent un peu.

nettoyer le pont bateau

bateau sans permis

enfant qui pêche

Rendez-vous très bientôt pour un billet sur notre voyage aller entre Pontailler et Savoyeux et ainsi découvrir un peu le tourisme fluvial en Bourgogne au départ de Pontailler sur Saône

Un immense merci à France Passion Plaisance!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !