Les gros mots

Tout a commencé il y a quelques semaines. Raoul s’est mis en colère parce qu’on lui refusait quelque chose et le mot a surgi : « Merde!! »

J’ai tout de suite réagi : « Pardon? Raoul, qu’est-ce que tu as dit? ». « Rien, Maman, j’ai rien dit » m’a-t-il répondu l’air penaud.

Quelques jours plus tard, juste avant les vacances, nous étions chez mes parents et mon père et Monsieur regardaient le dernier match de l’équipe de France de rugby. Et forcément, vu qu’ils prenaient une tôle, les noms d’oiseau fusaient. Alors à chaque fois que Raoul entendait un gros mot, il allait voir mon père : « Pardon Papy, tu as dit quoi là? ». Ça nous a fait bien rire.

Et puis au début des vacances, ma mère m’a appelée, moitié en colère, moitié amusée. Alors qu’elle avait refusé quelque chose à Raoul, celui-ci lui avait dit qu’il avait un secret à lui dire. Elle s’est alors approchée et tout doucement, il lui a murmuré « merde » à l’oreille.

gros mots enfant

Et depuis, c’est tout le temps. Dès qu’il n’arrive pas à faire quelque chose, qu’on l’empêche de faire une bêtise, qu’il se dispute avec sa soeur… « Merde » et « Putain » voire même « Putain de merde », soyons fous!! On a tout essayé, le punir, feindre l’indifférence ou encore lui faire remplacer ces vilains mots par « Mercredi » et « Punaise ». Mais rien n’y fait.

Ce matin, il retournait à l’école. J’avais prévu de prévenir la maitresse de ces écarts de langage et puis Raoul est entré en classe dans les larmes alors je n’ai pas voulu en rajouter. Il m’avait promis qu’il ne dirait pas de gros mots à l’école. On verra bien…

Alors dites–moi, vous avez aussi ce genre de problème avec vos enfants? Vous avez des astuces?

Rendez-vous sur Hellocoton !