Peut-on être parents et vouloir du temps pour soi?


Mes blablas, Vie de maman / mercredi, février 7th, 2018

C’est mercredi, c’est philosophie! Bon, blague à part, j’ai ce billet qui me trotte dans la tête depuis un moment et j’avais envie de partager avec vous mon ressenti.

Avec l’homme, on a eu la Miss relativement jeunes. On avait à peine 25 ans, ce qui de nos jours est plutôt dans la tranche basse. On nous a souvent demandé si on ne regrettait pas de ne pas avoir profité plus de notre vie sans enfants avant d’avoir la Miss. A l’époque, on avait de petits salaires, pas les moyens de partir très loin et on était pas franchement des fêtards. Quand elle était petite, on hésitait pas à prendre un jour de congé, la laisser chez la nounou et passer la journée en amoureux. Rien de bien dingue, un resto et un ciné et la journée était presque passée.

Quand Raoul est arrivé, on a bien senti le changement de rythme. Je suis restée 3 ans à 80%, réservant mon mercredi à la Miss pendant que son frère était à la crèche. Quand il est entrée à l’école à 2 ans et demi, je les gardais tous les deux. En grandissant, la Miss a commencé à rejeter le centre de loisirs, allant même jusqu’à des crises de panique pour ne pas y aller. Dès lors, j’ai commencé à faire des documents Excel pour savoir comment on allait gérer les vacances, entre les grands-parents, les stages de poney et mes vacances.

vouloir du temps pour soi

Depuis que les deux enfants sont à l’école, je compte sur les doigts d’une main les jours de vacances que je prends sans eux. Et encore, j’ai la chance d’avoir des parents qui prennent les enfants en moyenne une semaine par cycle de vacances chez eux. Ce qui fait que même si on travaille, on a du temps pour nous après le boulot. J’en connais qui n’ont pas cette chance et pour qui vacances = H24 avec les enfants.

Dans mon quartier, il y a pas mal de profs, de freelances et d’indépendants qui ont des horaires très variables. De mon côté, j’ai fait le choix de lisser mes horaires sur 4 jours et demi pour avoir l’immense chance de me geler les miches au poney club tous les mercredis après-midi. Mais ça a un prix. Combien de fois ai-je entendu un « Ah, la maman de Raoul ne peut pas rester pour le temps des contes? » d’un air un peu réprobateur. Et non, la maman de Raoul le dépose à l’arrache à 8h31 puis court au métro pour essayer d’arriver vers 9h au bureau. Je vois passer des sorties à 15h30, des déambulations à 17h ou encore les messages de parents paniqués parce qu’ils ne pourront pas être là à 16h25 à la sortie de l’école. Comme si le gamin allait avoir un deuxième trou où je pense d’aller à la garderie. Raoul y va tous les soirs jusque la fin ou presque. Parce qu’on a pas le choix. Je passe mon temps à courir entre l’école et le boulot, les activités et la garderie. Je planifie, j’organise, je gère. Le seul moment que je dégage c’est le jeudi soir pour le crossfit et encore, c’est dans le quartier, je ne pars qu’une heure et demi et quand je rentre, les enfants m’attendent pour aller se coucher et je fais une tournée de bisous et de câlins avant de pouvoir prendre ma douche.

Depuis plusieurs années, la ville de Lille avait fait le choix d’une semaine de quatre jours et demi avec école le samedi matin. Au début, comme beaucoup, j’ai rouspété. Les enfants allaient être fatigués et nos weekend allaient être raccourcis. Finies les virées pendant deux jours… Et puis les choses se sont mises en route et comme pas mal de parents qui courent toute la semaine, le samedi est devenu la matinée d’école tranquille. On s’est rendu compte que les enfants n’étaient pas plus fatigués que ça (ou qu’en tout cas, ça n’est pas forcément l’école le samedi matin qui les fatigue mais leur vie, tout simplement). On a bien vu qu’au final, on allait pas tant que ça en weekend. Et puis on a commencé à apprécier cette matinée d’école. Pas besoin de presser les enfants le matin, on est pas devant l’école à 8h29, dans les startings block pour larguer Raoul dans sa classe. Je peux discuter avec son instit sur la semaine passée et les éventuels problèmes et les félicitations. Les réunions de parents qui réunissaient 3 parents le jeudi matin à 8h30 ont lieu le samedi à la même heure et affichent complet. Et puis surtout, pendant un peu plus de trois heures par semaine, on a du temps pour nous. Sans enfants. On peut faire du sport, on peut faire les courses, on peut aller se balader, on peut boire un café entre copines… Et puis on peut aussi ne rien faire du tout, dans le silence, sans bruit, sans entendre un MAAAAAMAAAAAN toutes les deux minutes…

vouloir du temps pour soi

Lorsque l’on s’est réunis entre parents juste avant le vote qui allait sans doute modifier cette organisation scolaire, une maman nous a listé les pour et les contre de chaque option qui nous était proposée. Et quand elle est arrivée au fait que libérer du temps pour les parents pouvait être bénéfique aux familles, elle s’est exclamée que quand même c’était la meilleure. Que l’école n’était pas une garderie où on balançait les enfants pour être tranquilles. Avec la copine présente, on l’a pris à la rigolade, disant que justement c’était pour ça qu’on militait pour les 4 jours et demi, et même les 7 jours sur 7. Pour profiter de la vie sans enfants. Vu la façon dont plusieurs parents nous ont regardé, visiblement on est bizarres.

Je ne comprends pas ce truc qu’on certains parents à penser que du moment où ils sont devenus parents, ils doivent se dévouer corps et âme à leurs enfants. Ne plus rien faire sans eux, ne plus voyager sans eux, ne plus profiter de moments sans eux. J’essaie de partir avec l’homme une fois par an en voyage sans les enfants, pour profiter, vivre à NOTRE rythme. Je mets Raoul à la garderie jusque 18h30 certains soirs alors que j’arrive à la maison à 18h (truc de dingue, la plupart du temps j’en profite pour étendre une lessive). Je profite avec bonheur des soirées sans enfants quand ils sont chez mes parents (et non, ils ne me manquent pas au bout de deux jours). J’ai besoin d’avoir du temps pour moi car je ne suis pas qu’une maman.

vouloir du temps pour soi

 

Je suis une femme et j’ai besoin de temps pour moi pour profiter de ce formidable état de fait.

Et vous, vous en pensez quoi? Team « Du temps pour moi » ou « Team jamais sans mes enfants? »

Rendez-vous sur Hellocoton !