[Cinéma] The Shape of water de Guillermo Del Toro


Ciné - Lecture - Télé - Musique, Mes coups de coeur / mardi, février 27th, 2018

Je vous annonce tout de suite la couleur : ce fut un énorme coup de cœur. Et ça avait commencé dès que j’ai vu la bande annonce il y a deux semaines.

J’étais au ciné avec une copine pour voir « 3 billboards outside Ebbing, Missouri » (pas du tout un coup de cœur pour le coup) et j’ai vu la bande annonce de « The Shape of water ». J’ai dit direct à la copine « Il faut qu’on aille le voir! ». Coup de bol, elle pensait comme moi et vendredi, nous y sommes allées pour une séance tardive.

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

Par quoi commencer… C’est tellement difficile de vous lister les raisons pour lesquelles j’ai aimé ce film tant c’est un tout. Ce film est beau. La photographie, la musique, l’ambiance… Tout s’accorde à la perfection.

Je ne suis pas fan des films fantastiques mais j’aime quand, dans une histoire classique, un soupçon de fantastique est insufflé. Et là c’est tout à fait ça. Sally Hawkins est comme toujours parfaite, réussissant sans prononcer un seul mot à être incroyablement émouvante. Octavia Spencer et Richard Jenkins sont les second rôles qui apportent une touche d’humour essentielle et Michael Shannon est un parfait vrai méchant pourri jusqu’à l’os (au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs). Habitué des films de Guillermo del Toro puisque c’est lui qui incarne la plupart des créatures dans ses films, c’est une fois encore Doug Jones qui incarne la bête de façon si émouvante malgré le costume.

La Forme de l'eau - The Shape of Water : Photo Octavia Spencer, Sally Hawkins

La Forme de l'eau - The Shape of Water : Photo Richard Jenkins, Sally Hawkins

La Forme de l'eau - The Shape of Water : Photo

J’ai également adoré l’atmosphère et la photographie du film qui ne sont pas sans rappeler l’univers de Jean-Pierre Jeunet (il trouve d’ailleurs que Guillermo del Toro s’est un peu trop « inspiré » de ses films). Les appartements d’Elisa et de son voisin, les comédies musicales en fond, la petite vie typique des années 60 du vilain Strickland… Chaque petit détail rend le film magique.

Si la romance peut être un chouia dérangeante, au final on s’en fout. C’est tellement beau. On pense évidemment à la Belle et la Bête mais c’est même plus que ça. La relation qui évolue, Elisa qui change et trouve enfin sa place (son discours sur la façon dont la créature la voit à un moment donné est pfiouuuu). Il y a des incohérences, des trucs qui ne collent pas vraiment et la fin est peut-être un peu too much mais au final, comme me l’a dit ma copine à la fin « Ok c’est pas crédible et c’est franchement bizarre mais c’est pas grave c’est beau ».

Voilà, allez le voir. C’est beau.

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !