Mes dernières lectures #35


Ciné - Lecture - Télé - Musique / jeudi, juin 21st, 2018

Nous voilà arrivés au milieu de l’année, le moment de faire un point sur mes challenges. J’ai lu 37 livres de mon challenge et 51 livre au total pour l’instant.

Encore une fois, pas de vrai coup de cœur lors de mes dernières lectures, voire même quelques déceptions…

C’est parti!

Les doigts rougesLes doigts rouges de Keigo Higashino
Catégorie 21 : Un livre d’un auteur asiatique

L’histoire : Maehara Akio est un homme ordinaire qui mène une vie ordinaire d’employé de bureau et vit avec sa femme, son fils, et sa mère vieillissante. Un jour en rentrant du travail, il découvre le cadavre d’une petite fille dans son jardin. Sa femme lui apprend que c’est leur fils âgé de quatorze ans qui l’a tuée. Akio veut prévenir la police, mais sa femme l’implore de ne pas ruiner la vie de leur fils. Il accepte et décide de l’aider à dissimuler le crime. Mais c’est l’inspecteur Kaga Kyōichirō qui est chargé de l’enquête.

Mon avis : Higashino est un de mes auteurs préférés et j’avoue une petite déception pour ce dernier roman. Comme toujours la psychologie et le côté rigide de la société japonaise sont très présents dans cette histoire. En revanche, j’ai trouvé l’histoire moins poussée et moins fouillée que d’habitude. Dès le début on sait à peu près ce qui s’est passé et le petit retournement de la fin de m’a pas permis d’avoir le petit frisson que j’ai d’habitude. Pour autant, c’est un roman plutôt court (200 pages en ebook) et qui se lit très bien. Il peut constituer une première approche de l’œuvre de Higashino.


Un prince charmant, s’il vous plaît !Un prince charmant, s’il vous plaît ! de Jill Shalvis
Hors challenge – Reçu en service de presse

L’histoire : Remue-ménage amoureux : Se lancer dans une véritable relation. Trop risqué, merci ! Cami préfère accepter les blind-dates organisés par sa mère, déterminée à la caser…, et se consacrer à son job de décoratrice. Pour l’aider, elle vient d’embaucher un entrepreneur, Tanner James. Le hic, c’est que celui-ci la regarde avec un petit sourire en coin chaque fois qu’elle se pomponne pour ses rendez-vous arrangés… et qu’il a l’air habile de ses mains pour un tas d’autres choses que le bricolage…
Passion en direct : « Les hommes, c’est terminé ! » lance Dimi, excédée par sa vie amoureuse… avant de se rendre compte de sa gaffe : elle est déjà à l’antenne et les milliers de téléspectateurs de sa célèbre émission de cuisine l’ont entendue. Y compris le nouveau directeur des programmes, Mitch Knight, qui a un tout autre avis sur la question : pour relancer l’audience, il exige au contraire que Dimi ajoute deux ingrédients à ses recettes – de l’humour… et une bonne pincée de sexe.

Mon avis : j’avais reçu ce roman il y a très longtemps en service de presse et je n’avais jamais pris le temps de le lire. Il est découpé en deux parties et on suit dans chacune d’elles les aventures de deux soeurs jumelles. J’avais déjà lu un roman de cette auteure mais je n’en gardais aucun souvenir et pour cause, j’avais trouvé ça moyen. Cette fois encore, j’ai trouvé l’histoire assez fade et banale. La seule originalité est de suivre les histoires des deux soeurs mais comme elles ont lieu à la suite l’une de l’autre, au final, ça n’est pas extraordinaire (en plus les nanas sont célibataires depuis des siècles et comme par hasard, elles rencontrent des mecs à la suite l’une de l’autre). Bref, ça ne casse pas trois pattes à un canard, ça se laisse lire.


La plage de la mariéeLa plage de la mariée de Clarisse Sabard
Hors challenge

L’histoire : 2015, Nice. Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu »elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».
Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années.

Mon avis : j’avais écouté le premier roman de Clarisse Sabard et j’ai réitéré pour celui-ci car je trouve que ce genre de roman s’y prête bien. Comme pour son premier roman, j’ai parfois trouvé cette histoire un peu facile. Zoé arrive dans un village où tout le monde se connait et en deux secondes, elle trouve un boulot (le seul dispo dans le village et comme par hasard c’est la nouvelle venue qui l’obtient, sans faire exprès en plus), elle devient amie avec tout le monde et en plus, elle réussit à solutionner des problèmes présents depuis des années, rabibocher les gens brouillés… Bref, c’est un peu trop « Tout le monde est beau, tout le monde est gentil » pour moi. Pour autant, c’est une lecture agréable, idéale pour lire sur la plage!


Enregistrer

Résultat de recherche d'images pour "Tortues à l'infini de John Green"Tortues à l’infini de John Green
Hors challenge

L’histoire : Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et son peut-être amoureux Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu. Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités…

Mon avis : C’est un roman assez spécial, très éloigné des précédents livres de l’auteur car sans doute bien plus personnel. L’héroïne souffre de troubles psychiques obsessionnels qui lui pourrissent la vie et l’empêchent de profiter de sa jeunesse. Et on apprend dans les remerciements que l’auteur souffre de ces mêmes troubles. Au final, l’histoire et la petite enquête ne passent qu’au second plan et le livre est plus une explication de ce qu’est la vie quotidienne avec ces troubles qu’une réelle histoire. Comme si John Green tenait plus à expliquer ce qu’il vit qu’à nous raconter une histoire. Du coup, j’ai trouvé un peu dommage que l’histoire autour de la disparition du milliardaire ne passe finalement qu’au second plan. En revanche, avec une fille souffrant de nombreux TOC, cette histoire m’a énormément parlé…


J’en profite pour vous rappeler que mon nouveau roman est sorti hier et que vous pouvez le retrouver ici :

******************************
Vous avez lu un de ces romans? Que lisez-vous en ce moment?

Rendez-vous sur Hellocoton !