[Livre audio] Entre deux mondes d’Olivier Norek

Après l’avoir commencé avant les vacances et laissé de côté pendant, j’ai écouté le roman d’Olivier Norek pendant mes trajets de la semaine.

De la jungle de Calais, je ne connais que ce qu’en disent les médias. C’est-à-dire au final pas grand chose. Ce roman nous fait y plonger, sans fards mais aussi et surtout sans pathos.

Adam est flic. Il vit avec sa femme Nora et sa fille Maya dans un petit appartement. Il les aime plus que tout et pourrait faire l’impossible pour elles. Cela pour être une famille comme tant d’autres. Mais ils sont Syriens. Et Adam fait partie des forces rebelles qui tentent de renverser Bachar El Assad et son régime. Étant sur le point d’être démasqué, il n’a plus qu’une solution : fuir. Il organise dans un premier temps le départ de sa femme et sa fille. Direction la jungle de Calais où il prévoit de les rejoindre avant de passer en Angleterre. Adam est un passionné de la France grâce à son père qui le lui a enseigné. La France des Lumières, la France des Droits de l’Homme…

De son voyage à lui, on ne saura rien. Comment il est arrivé, ce qui s’est passé pendant le trajet, qui il a rencontré… Mais on le retrouve bientôt là, au cœur de la jungle et il n’a qu’un but : retrouver sa famille. Et ce qui déchire le cœur du lecteur, c’est que lui sait depuis le début ce qu’il est advenu d’elles.

Sur place, il se lie avec Bastien, un jeune flic fraîchement débarqué à Calais et prend sous son aile un jeune Africain qu’il sauve d’un sort encore plus terrible. Et pour ne pas devenir fou (et aussi parce qu’il est et reste flic malgré tout), il ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les meurtres qui ont lieu dans la jungle.

Entre deux mondes Olivier Norek

J’ai adoré ce livre. Vraiment. Je n’en avais entendu que du bien (il entre d’ailleurs dans la catégorie “Livre qu’on vous a conseillé” de mon challenge lecture) mais je n’étais pas sûre d’accrocher. Olivier Norek est policier et ça se sent. Il décrit extrêmement bien ce qu’est la jungle mais aussi le ressenti des différents protagonistes. Les policiers, les migrants, les Calaisiens, les bénévoles… J’ai apprécié le fait que ça ne soit pas manichéen ni stéréotypé. Les policiers font ce qu’ils peuvent en tentant de ne pas devenir dingues. Plus d’une fois, le récit m’a émue presque aux larmes. Et je ne peux que saluer la performance du narrateur, François Montagut qui sait si bien porter cette histoire forte.

Merci à Audible qui m’a permis d’écouter ce roman et Amélie pour la suggestion!

Rendez-vous sur Hellocoton !