Mes dernières lectures #55

Mes dernières lectures #55

Pour ces lectures estivales, j’ai alterné les lectures légères avec du un peu plus sérieux.

Anna et mister God de Fynn
Catégorie 17 : Un livre acquis grâce à un swap

Anna et mister God

L’histoire : Fynn a dix-neuf ans, il rôde dans le quartier des docks de l’East End londonien. Un soir, il découvre, assise sur une marche, une petite fille crasseuse, meurtrie et terrifiée. Il l’emmène chez lui et la confie à sa mère. Anna a un centre d’intérêt principal dans la vie : Dieu. Qu’elle appelle Mister God. A six ans, elle est théologienne, mathématicienne, philosophe, poète et jardinière. A sept ans elle meurt dans un accident. Un conte d’éveil philosophique.
Mon avis : Je n’avais jamais entendu parler de ce livre avant de le recevoir dans le cadre d’un swap. Les critiques étaient super positives, certains disant même qu’ils lisaient régulièrement ce livre de temps en temps. Et bien je suis passée à côté car je n’ai pas vraiment aimé ce roman. Enfin, disons que je n’ai pas plus accroché que ça. J’ai souvent eu du mal à me concentrer sur les délires d’Anna et l’intérêt qu’ils ont. Sans doute que ça n’était pas pour moi…

Une fille facile de Louise O’Neill
Catégorie 27 : Un livre dont le titre comporte le mot “facile”

L’histoire : Emma a dix-huit ans, c’est la plus jolie fille du lycée. En plus d’être belle, elle est pleine d’espoir en l’avenir. Cette nuit-là, il y a une fête, et tous les regards sont braqués sur elle. Le lendemain matin, ses parents la retrouvent inanimée devant la maison. Elle ne se souvient de rien. Tous les autres sont au courant. Les photographies prises au cours de la soirée circulent sur les réseaux sociaux, dévoilant en détail ce qu’Emma a subi. Les réactions haineuses ne se font pas attendre ; les gens refusent parfois de voir ce qu’ils ont sous les yeux. La vie d’Emma est brisée ? Certains diront qu’elle l’a bien cherché.
Mon avis : C’est une lecture dont on ne ressort pas indemne. Sur un postulat (malheureusement) assez classique, le viol d’une jeune femme, l’autrice déroule une historie où l’on suit la souffrance de chacun des protagonistes. La victime mais aussi sa famille, les réactions de ses “amies”, le suivi judiciaire et médiatique de l’affaire… C’est aussi effrayant qu’important. Un livre à lire.

Voyage désorganisé de Mélanie Cousineau
Catégorie 22 : Un livre dont le titre comporte le mot “voyage”

Voyage désorganisé par [Cousineau, Mélanie]

L’histoire : C’est la fête à l’agence où travaille Marie-Maxime, une conceptrice publicitaire à la créativité débordante. On y célèbre la signature d’un contrat très important, décroché grâce au talent du duo explosif qu’elle forme avec sa collègue Allie. De retour chez elle, en soirée, la jeune femme voit son enthousiasme se volatiliser lorsqu’elle constate que son chum a déserté le condo qu’ils partageaient, lui laissant une simple lettre d’adieu. La presque trentenaire, qui croyait avoir réussi à se blinder contre les déceptions amoureuses, est anéantie. En un clin d’œil, Allie prend les choses en main et achète deux billets pour un voyage organisé promettant d’être mémorable à New York. Quoi de mieux qu’un séjour dans la Grosse Pomme pour remonter le moral d’une amie en peine de coeur ? À moins que la véritable motivation derrière cette escapade improvisée soit tout autre…
Mon avis : je n’ai choisi ce roman que parce qu’il contenait le mot voyage. Je me suis ensuite rendu compte que c’était un bouquin de chick litt québécois ce qui est assez rigolo. En revanche, côté histoire, c’est très classique. Comme trop souvent, l’histoire ne tient que sur le fait que l’héroïne refuse d’écouter le personnage masculin qui cache évidemment un secret qui résoudrait toute leur relation. Une lecture de plage…

Joséphine Baker de Catel et Boquet
Catégorie 21 : un roman graphique

Joséphine Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l’idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s’impose comme la première star noire à l’échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d’Alexandrie à Londres. Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l’exemple : au cours des années 1950, dans son Château des Milandes, elle adopte douze orphelins d’origines différentes, la tribu arc-en-ciel. Elle chantera l’amour et la liberté jusqu’à son dernier souffle.
Mon avis : j’ai lu ce roman graphique un peu par hasard, amené par ma copine en vacances. Au final, je l’ai dévoré en moins de 24h, passionnée par la vie de l’incroyable Joséphine Baker. D’elle je ne connaissais pas grand chose et j’ai appris énormément sur sa vie qui fut on ne peut plus mouvementée. Je vous le conseille!

Le dimanche des mères de Graham Swift
Catégorie 3 : Un livre dont l’histoire se passe à la campagne

L’histoire : Angleterre, 30 mars 1924. Comme chaque année, les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu’ils aillent rendre visite à leur mère le temps d’un dimanche. Jane, la jeune femme de chambre des Niven, est orpheline et se trouve donc désœuvrée. Va-t-elle passer la journée à lire ? Va-t-elle parcourir la campagne à bicyclette en cette magnifique journée ? Jusqu’à ce que Paul Sheringham, un jeune homme de bonne famille et son amant de longue date, lui propose de le retrouver dans sa demeure désertée. Tous deux goûtent pour la dernière fois à leurs rendez-vous secrets, car Paul doit épouser la riche héritière Emma Hobday. Pour la première – et dernière – fois, Jane découvre la chambre de son amant ainsi que le reste de la maison. Elle la parcourt, nue, tandis que Paul part rejoindre sa fiancée. Ce dimanche des mères 1924 changera à jamais le cours de sa vie.
Mon avis : j’ai lu ce roman après ma copine qui l’avait beaucoup aimé. Et bien moi, je l’ai trouvé tellement long. C’est bien simple, il ne se passe rien. L’auteur répète cinquante fois la même chose et j’ai mis un moment à le terminer en me forçant presque car je relisais les mêmes lignes encore et encore…

Et vous, quelles sont vos dernières lectures? Est-ce que vous profitez de l’été pour lire plus?

Rendez-vous sur Hellocoton !