Empreinte carbone: mon bilan et ma marge de progression

Empreinte carbone: mon bilan et ma marge de progression

Mercredi, Victoria du blog Mango&Salt a publié un billet très intéressant sur son empreinte carbone.

Victoria est bien souvent une référence dans tout ce qui touche à un mode de vie plus green et j’ai dévoré son billet avec grand intérêt. Si j’évolue vers un mode de vie plus respectueux de l’environnement, je sais que j’ai encore beaucoup à faire et que je suis trèèèès loin de la perfection.

Pour autant, j’étais assez curieuse de connaitre ma propre empreinte carbone de fille de la ville, mère de deux enfants et un chat, qui part en vacances, parfois au bout du monde.

J’ai donc passé les deux tests dont elle parle dans son billet. Ils sont anonymes, non commerciaux et permettent de télécharger le résultat pour avoir une vue d’ensemble sur son mode de vie : celui de la WWF Suisse, et celui du Wuppertal Institute / Henkel.

Ils sont assez différents et à vrai dire plutôt complémentaires. Par contre, j’ai regretté que pas mal de points ne soient pas pris en compte de manière plus précise, notamment tout ce qui concerne la mode, la beauté mais aussi la façon de consommer de manière plus générale (type de courses, déchets produits, utilisation de la voiture, courses en ligne…) Dans l’ensemble, il y a pas mal d’estimations mais ça permet de se situer par rapport aux autres et de voir quelle est sa marge de manœuvre.

Et comme le dit Victoria, ” la grande majorité des émissions incluses dans le calcul ne sont pas de notre ressort en tant qu’individus, puisqu’elles proviennent des grandes entreprises “. On fait ce qu’on peut mais tant que des mesures ne seront pas prises à une plus grande échelle, ça ne changera pas grand chose. Mais un petit geste plus un petit geste plus un petit geste… Ça peut faire beaucoup…

Mon empreinte carbone

D’après le calculateur WWF, mon empreinte carbone de ces douze derniers mois est de 10,8t d’équivalent CO2 (contre une moyenne française de 11,9t) et d’après celui de Henkel, mes émissions se sont élevées à 3,8t d’équivalent CO2 (contre une moyenne française de 5,2t). C’est bien mais pas top (bon franchement, je pensais même que ça serait pire que ça).

> L’alimentation

Légumes, Panier De Légumes, Récolte

Même si j’essaie de réduite ma consommation de produits carnés, c’est encore un point qu’il m’est difficile d’améliorer. De même, je suis une fan de produits laitiers que ce soit de fromage ou de yaourts. J’ai remplacé le lait de vache par de la boisson à la noisette pour mon café mais sinon c’est à peu près tout.

J’essaie aussi de consommer local et de saison mais évidemment, en vivant dans le Nord, en période hivernale, c’est difficile (surtout que je n’aime pas le chou!).

Côté déchets liés à mon alimentation, je m’améliore de plus en plus depuis que le vrac est entré dans ma vie. J’achète en vrac tous les féculents, le muesli, la farine et le sucre. J’achète aussi notre café en vrac dans la boutique Meo située à deux pas de chez moi. Et depuis peu, j’y achète aussi mon fromage que j’enveloppe dans des bee wraps. En revanche, faute de temps pour cuisiner, j’achète des produits tout faits deux fois par semaine, occasionnant des déchets que je pourrais éviter. Pour limiter les dégâts, j’essaie de récupérer des invendus via Too Goord to Go. Et pour finir, maintenant que la terrasse est terminée, je vais pouvoir installer le lombricomposteur qu’une voisine m’a donné!

> La mobilité

Train, Wagon, Personnes, La Foule, Pieds

Ce point pourrait être plombé par mes vacances puisque je pars une fois par an en voyage en prenant l’avion sur un long courrier. Le Japon l’année dernière, Cuba en avril et l’Argentine en avril prochain. Pour le coup, c’est quelque chose auquel je ne renoncerai pas.

Je ne conduis pas donc je me déplace à pied ou en métro à longueur de temps. Par contre, nous avons une voiture que nous utilisons de temps en temps, notamment pour aller chez mes parents ou pour sortir du centre de Lille. Cet été, je suis partie en Dordogne avec une copine et nous n’avons pas eu d’autre choix que d’utiliser la voiture. Mais dans l’ensemble, nous essayons de ne prendre la voiture que si nous ne pouvons pas faire autrement, en couplant les trajets (ou pour le drive par exemple, en covoiturant pour récupérer les courses).

Je vais me renseigner pour voir comment compenser mes émissions carbone liées aux voyages.

> Logement

Rue, Leiden, Pays Bas, Néerlandais

Nous vivons dans une maison ancienne qui est bien isolée. Notre consommation est plutôt basse pour un logement comme le notre. Nous avons consommé 1400 kWh pour l’électricité, et 8100 kWh pour le gaz (chauffage et eau chaude). Je sais que c’est beaucoup moins que la plupart des foyers. Nous sommes quatre plus un chat et la maison fait environ 120m². Nous sommes très vigilants sur notre consommation en maintenant une température à 19° et en limitant les machines par exemple. Nous n’avons pas de baignoire et ne prenons donc que des douches (pas tous les jours en hiver). A terme, j’aimerais passer chez un fournisseur d’énergie verte. Depuis un peu plus d’un an, je n’utilise plus du tout la fonction séchage de la machine à laver et tout le linge sèche dehors ou dans une chambre exposée sud.

> Consommation (produits non alimentaires)

Vêtements D'Occasion, Seconde Main

Tout n’est pas encore parfait mais côté vêtements, je réussis à être dans un bon 80% de produits de seconde main (brocantes, Vinted ou troc de voisines) pour ma garde-robe et celle de Raoul. Pour la Miss c’est encore un peu compliqué mais sa conscience écologique fait souvent le job!

J’ai encore un peu de mal à me réfréner sur des achats coup de cœur dans des enseignes comme Hema ou Sostrene Grene. C’est un gros point d’amélioration pour moi.

Côté beauté, j’ai énormément limité ma consommation : huiles végétales et essentielles pour hydrater et soigner, shampoing solide, produits bios… Il ne reste que pour le maquillage où je cède encore parfois aux sirènes du marketing.

J’essaie au maximum d’éviter les achats par Internet et essaie le plus possible d’aller en magasin (aidée par le fait de travailler en plein centre de Lille, on déménage fin septembre dans un quartier excentré, ça va nous changer >_<). C’est un point que je dois encore améliorer car je suis consciente de céder trop souvent à la facilité.

Côté banque, je suis depuis plusieurs années maintenant au Crédit Coopératif. Pour chaque achat que je fais avec ma carte bleue, un pourcentage minime est versé à Surf Rider, une association de protection des océans. C’est presque indolore pour mon porte-monnaie mais à la fin de l’année, ça fait une petite somme reversée.

> En conclusion

Je suis consciente d’avoir encore pas mal de boulot pour réduire mon empreinte écologique tout en sachant que je ne suis pas prête à mettre de côté de mauvaises habitudes (ou un certain mode de vie). Pour autant, je suis plutôt fière de mon résultat, loin d’être parfait mais le reflet assez juste de mes efforts. J’ai encore un peu de boulot, notamment concernant mon alimentation mais je suis optimiste sur le fait de pouvoir à l’avenir allier mode de vie sain et plaisir.

Je remercie Victoria pour l’inspiration de ce billet mais de manière générale pour son blog que je prends toujours plaisir à lire (et depuis peu son podcast à écouter, moi qui n’aime pas trop ça ^^).

Si vous êtes arrivé au bout de ce billet fleuve, bravo et merci. N’hésitez pas à me laisser un petit mot si le sujet vous parle!

Rendez-vous sur Hellocoton !