Mes dernières lectures #86

Entre le télétravail presque à temps complet et les enfants à la maison, j’ai mis plus de temps que d’habitude à lire mes romans en cours. Voici mes cinq dernières lectures et elles rentrent toutes dans mon challenge!

La lumière était si parfaite de Carène Ponte
Catégorie 9 : Un livre dont l’action se passe durant les vacances d’été
Reçu en service de presse


L’histoire : Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie.
Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.
Mon avis : J’ai commencé ce roman alors que nous entamions le confinement n°3, avec peu de perspectives de vacances lointaines. Alors autant vous dire que partir en Italie et en Bulgarie avec Megg, Romy et Lalie m’a fait un bien fou! Megg est très éloignée de moi, une femme au foyer qui s’oublie et dont le mari se repose totalement sur ses épaules. Définitivement, tout ce que je ne suis pas! Mais on suit le cheminement qui va faire qu’elle va ENFIN commencer à penser à elle.
Et puis le personnage de Lalie, même si elle a 16 ans, m’a tellement rappelé la Miss!! On dirait que Carène s’en est inspirée!!!

Note : 4 sur 5.
séparation livres

Le Jour où d’Amélie Antoine
Catégorie 27 : Un livre d’un auteur originaire de votre région de naissance

L’histoire : Printemps 2019, un cimetière parisien.
Rebecca a pris l’habitude de venir fleurir des tombes à l’abandon.
Benjamin, lui, vient assister à l’enterrement d’un inconnu.
Quand le hasard les met sur la route l’un de l’autre, le rapprochement se fait avec douceur et prudence, chacun prisonnier de sa propre souffrance. Les secrets du passé sont parfois lourds à dévoiler, et ceux de Rebecca font osciller Benjamin entre amour fou et inquiétude sourde.
Et comment séduire une femme alors que l’on porte en soi une lourde culpabilité ? Ces deux écorchés vifs vont pourtant apprendre à s’apprivoiser, à baisser les armes, laissant de côté l’ombre pour la lumière…
Mon avis : Voilà un moment que j’avais le dernier roman d’Amélie sur ma liseuse. Une histoire d’amour, ça n’est pas banal chez elle qui a plutôt tendance à écrire des histoires très noires. C’est l’histoire de deux écorchés, de deux personnes perdues qui vont apprendre à s’aimer. Je connais personnellement Amélie donc j’ai forcément retrouvé dans son histoire des morceaux de sa propre histoire. Et comme d’habitude, Amélie dissèque les émotions comme personne. Les chapitres s’enchaînent et on attend de comprendre ce qu’est ce fameux “jour où…” ? Chaque chapitre porte la mention “x jours avant (ou après) le jour où”. Lorsque la révélation est faite, bien avant la fin, Amélie sait nous donner envie de poursuivre jusqu’à la fin.

Note : 4 sur 5.
séparation livres

L’Ivresse du kangourou et autres histoires du bush de Kenneth Cook
Catégorie 19 : Un recueil de nouvelles
Lecture commune de mars de mon challenge lecture



Que faire quand un kangourou prend accidentellement goût à la bière et se réveille furibard avec une grosse gueule de bois ? Où fuir quand une autruche, à laquelle vous avez imprudemment volé son oeuf pour la science, vous poursuit pour vous étrier ? Kenneth Cook revient au mieux de sa forme avec quatorze nouvelles mésaventures aussi hilarantes qu’absurdes. C’est à se demander ce que ces créatures du bush ont après lui !
Mon avis : j’ai commencé ce recueil de nouvelles après mes lectures en cours, ce qui fait que je l’ai terminé bien après le mois de mars. Les autres participants de mon challenge lecture l’ont en grande majorité bien aimé. De mon côté, je n’ai pas été transporté. C’est sympa, il y a deux ou trois nouvelles qui sortent du lot et bien fait marrer mais dans l’ensemble, ça n’est pas dingue. On ne peut pas enlever à Kenneth Cook le fait qu’il sait raconter des anecdotes. Mais au final, même si c’est court, ça devient un peu redondant. D’après ce que j’ai compris, l’auteur a écrit d’autres recueils du même genre avant celui-ci. Il était peut-être à court d’idées…

Note : 2.5 sur 5.
séparation livres

Les Enquêtes d’Hannah : Meurtres et pépites de chocolat de Joanne Fluke
Catégorie 24 : Un roman dont le titre invite à la gourmandise
Lecture commune d’avril de mon challenge lecture


L’histoire : Hannah Swensen est de retour dans sa ville natale d’Eden Lake. Entre sa mère, plutôt envahissante, et l’ouverture de sa boutique, le Cookie Jar, elle a fort à faire. Son quotidien devient plus passionnant encore quand son livreur, Ron LaSalle, est retrouvé assassiné juste derrière son magasin. Le beau-frère d’Hannah, shérif adjoint du comté, fait appel à elle pour l’aider à trouver le coupable. Un nombre surprenant de suspects et de mobiles émergent alors. Très vite Hannah va réaliser qu’elle n’est pas seulement douée pour les cookies, mais qu’elle est aussi une enquêtrice hors pair.
Mon avis : J’ai donc lu mon premier cozy mystery avec ce roman qui a été choisi comme lecture commune d’avril du groupe FB de mon challenge lecture. On y retrouve Hannah, une jeune femme de retour dans sa petite ville après des études loin de chez elle. Elle se découvre un don pour les enquêtes et aide son beau-frère policier à retrouver le meurtrier du livreur de lait. C’est un petit livre sympa, un mélange de feel-good et d’enquêtes. Une sorte d’Arabesque un peu plus moderne avec des recettes de biscuits qui émaillent les chapitres. Je ne vais pas dire que j’ai adoré mais j’ai passé un moment agréable de lecture et je pense que je lirai les tomes suivants (il y a aussi des films qui ont été réalisés et qui me font un peu penser à des téléfilms de Noël, la neige en moins, les meurtres en plus ^^)

Note : 2.5 sur 5.
séparation livres

La soudaine apparition de Hope Arden de Claire North
Catégorie 3 : Un roman avec un prénom dans le titre
Écouté en version audio

L’histoire : Je m’appelle Hope Arden mais vous oublierez ce nom et jusqu’à mon existence. Nous nous sommes déjà rencontrés des milliers de fois. Je suis la fille dont personne ne se souvient. Tout a commencé quand j’avais seize ans. Un lent déclin, un isolement inéluctable. Mon père qui oublie de me conduire au lycée. Ma mère qui met la table pour trois, pas quatre. Un prof qui omet de demander un essai que je n’ai pas rendu. Un ami qui me regarde et voit une étrangère. Qu’importe ce que je fais, ce que je dis, les blessures que j’inflige, les crimes que je commets. Vous ne vous souviendrez jamais de moi. On ne peut pas dire que ça me facilite la vie, mais ça fait aussi de moi une personne dangereuse.
Mon avis : Lors du premier confinement, une maison d’édition avait proposé plusieurs livres en téléchargement gratuit, dont certains livres audios. Celui-ci était resté dans mon ordi sans que je ne m’y intéresse. Et puis, ayant mis mon abonnement Audible en pause et ne réussissant pas à trouver un podcast qui me convient, j’ai commencé l’écoute de ce roman tout en faisant du rangement dans mon atelier. C’est un roman un peu étrange, au déroulé décousu, ce qui en fait une lecture audio parfois compliquée. Des retours en arrière, des explications confuses, les explications de l’auteur sont souvent incompréhensibles.Du fait de sa “particularité”, Hope est devenue un voleuse professionnelle. Pour autant, elle fait de nombreuses erreurs qui la conduisent à se retrouver dans un beau merdier. Le début du roman est intéressant. La seconde moitié se perd dans les explications. La fin de l’histoire m’a rendue perplexe.

Note : 2.5 sur 5.

Et vous, quelles sont vos dernières belles lectures? Ici, je suis à la moitié de mon challenge avec 30 catégories remplies!

6 réflexions au sujet de « Mes dernières lectures #86 »

  • 5 mai 2021 à 9 h 56 min
    Permalink

    J’ai bien aimé trois romans que j’ai lu très récemment : Le dernier enfant de P.Besson (éviter d’ offrir à une personne dont le fils ou la fille quitte la maison), qui se déroule sur une journée, et décrit avec beaucoup de finesse et d’empathie les émotions et ressentis des différents personnages le jour où le petit dernier part faire ses études (à côté). En tant que maman, j’ai bien sûr été touchée et pourtant elles sont encore à la maison!On se dit “et moi, ça va se passer comment après?”.
    L’ami de T.Tavernier: comment peut-on réagir (et supporter d’avoir été ami) quand on après que son voisin et ami, avec qui on a partagé tant de soirées et de discussions, se révèle être un monstre?
    Les enfants sont rois de D.de Vigan : derrière l’histoire (de deux femmes que tout semble opposer) une étude très fine de notre société des réseaux sociaux et du paraître, sans jugement.
    Le Carlene Ponte est sur la PAL, mais j’ai bien envie d’y ajouter le jour où…Les meurtres aux pépites de chocolat ce sera pour cet été! Merci des retours et bonne journée!

    Répondre
  • 5 mai 2021 à 12 h 23 min
    Permalink

    J’ai bien aimé l’ivresse du Kangourou léger et drôle ça fait du bien après plusieurs polars un peu noirs. Je n’ai pas été super convaincue par la lumière était si parfaite oui ça fait voyager mais le sujet n’est pas très originale. C’est original et dynamique, et c’est vrai que l’ado est bien vu tout comme Romy que j’ai bien aimé. Pas encore lu la LC du mois de ton challenge.

    Répondre
  • 5 mai 2021 à 13 h 44 min
    Permalink

    Je n’ai lu aucun de ces titres, je viens de terminer Trois de Valérie Perrin et les Enfants sont rois de Delphine de Vigan.

    Répondre
    • 5 mai 2021 à 14 h 05 min
      Permalink

      Trois, je m’apprête à le commencer en version audio et les Enfants sont rois sont sur ma PAL 🙂

      Répondre
  • 6 mai 2021 à 9 h 35 min
    Permalink

    j’en ai lu aucun de ta sélection
    je lis ma vie de cafard, le dernier Oates que j’ai trouvé à la bibli de mon quartier 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *