« Non, j’aime pas ça, je veux du jambon!! »

Cette phrase, vous l’avez sans doute déjà entendue si vous avez un enfant qui a entre 2 et 7 ans. C’est aussi une phrase que j’entends sans cesse.

Outre les cochonneries sucrées ou encore les gâteaux apéro, la miss ne varie pas ses repas : jambon, poulet, steak accompagné de purée(et exceptionnellement de pommes de terre sous d’autres formes) et de pâtes. La seule possibilité de lui faire manger des légumes, c’est qu’elle mange des crudités : concombre, tomate et mais, à la rigueur de la soupe de citrouille mais c’est vraiment rare.

neophobie

A la néophobie alimentaire chez les petits, on trouve plusieurs raisons : un besoin d’affirmation, une recherche de sécurité, le fait qu’on force l’enfant à manger ou encore le fait que l’enfant n’a pas été habitué à découvrir des saveurs différentes. Dans le cas de la miss, je pense qu’il s’agit des deux premières raisons. On a essayé de lui expliquer, on lui propose de goûter avant de dire qu’elle n’aime pas, on la fait participer, on lui fait l’historique de l’aliment… Mais ça ne marche pas.

Je suis donc preneuse de tout truc, toute astuce pour solutionner ce problème.

(J’avoue que ce billet est programmé puisque comme vous le savez, je suis à Copenhague mais j’espère trouver des tas d’astuces en rentrant ^^).

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 Comments

  1. exuperance60

    29 décembre 2011 at 11 h 07 min

    J’ai eu le même à la maison: plus difficile que lui, c’était impossible!
    En grandissant, il s’est mis à goûter avant de dire qu’il n’aimait pas et maintenant, il mange presque de tout…. Le temps et papy mamie ont fait le nécessaire!!!

  2. Marmouzets

    29 décembre 2011 at 13 h 23 min

    Ici la grande aimait tout, mangeait de tout : elle aurait croqué dans un oignon avec délice si on lui avait proposé !
    Puis aujourd’hui à 9 ans, si on lui propose autre chose que des pâtes on a le droit à une tronche de 10 pieds de long et des frissons de dégoûts alors… On va dire qu’il n’y a pas de truc je pense !

    Les goûts changent tout au long de la vie alors du moment que nos marmots ne sont pas carencés, je me dis qu’il faut leur donner ce qu’ils aiment et ils testeront autre chose quand ça leur fera envie (en nous regardant nous régaler d’autre chose que du jambon 😉

  3. Lilyvia

    29 décembre 2011 at 13 h 33 min

    c’est pas facile la néophobie alimentaire à gérer mais c’est une étape normale. surtout quand l’enfant apprend à dire non !!! En cours on nous proposait de faire participer l’enfant à la préparation des plats, aller au marché, faire les courses, lui présentait les légumes sous différents formes. Et puis un jour ils gouteront d’eux mêmes ! la présentation est importante aussi. Et ne pas le forcer et surtout pas de chantage et garder son calme (surtout plus facile à dire qu’à faire). Un enfant ne se laissera pas mourir de faim

  4. chouby36

    29 décembre 2011 at 14 h 32 min

    Bonjour peux etre peux tu demandez a ta fille de t’aidez a faire le repas coupé les légumes mélangeais elle aura peut etre envie de manger ce qu’elle prépare.
    Ou sinon de faire des jolies dessins dans l’assiette avec les aliments . Bonhome voiture etc…

  5. Maman-Nature

    30 décembre 2011 at 22 h 38 min

    J’ai EXACTEMENT la même à la maison! Elle a deux ans et demi, et à part que chez la nounou, elle rechigne beaucoup moins à manger des légumes. Et elle aime aussi le riz. Tout ce qui est féculent et protéines en fait (hormis le chocolat et les gâteaux apéro hein). On insiste toujours pour qu’elle goûte aux légumes même si elle n’accepte pas toujours. En tous cas, on lui en propose toujours mais on fait la plupart du temps des féculents à côté pour qu’elle mange qqch quand même (sinon elle ne mangerait que de la viande, du fromage et des yaourts). Et puis j’ai rencontré la semaine dernière une amie d’une amie qui est diététicienne, qui me racontait que c’était une réaction physiologique normale chez les enfants de cet âge, notamment ceux qui sont ou ont été allaités. Leur corps réclame des protéines et des féculents! Elle m’a conseillé de continuer à lui proposer des légumes et des repas équilibrés, de lui demander de goûter mais de ne pas lui mettre la pression si elle n’en veut pas. C’est déjà ce que je faisais avant, mais ça m’a conforté dans mon idée première, de me dire que quand elle en sentira le besoin, elle y prendra goût. Tant que nous parents, nous lui proposons des repas équilibrés, pas de soucis!

Leave a Reply