Concilier vie de famille et vie professionnelle : une utopie ?

Pour une fois on va parler un peu d’un sujet sérieux. Mercredi, j’étais au spot des efluent mums où Najat Vallaud-Belkacem intervenait sur le thème de la conciliation vie personnelle/vie privée.

Et je dois avouer que ce thème me parle énormément. Je suis en poste depuis de nombreuses années dans une administration. Alors que mon retour au travail après ma première grossesse s’était plutôt bien passé, le retour après la naissance de Raoul a été très compliqué (doux euphémisme).

Quand je suis revenue de mon premier congé maternité en 2008, j’ai adapté mes horaires à ma toute nouvelle vie de famille : départ à 17h15 pour être chez la nounou à 17h30, fin des départs inopinés à 20h, début des congés enfant malade… Tout s’est très bien passé et en tout cas on ne m’a jamais rien reproché. Mais avec le recul, je me rends compte que si on ne m’a rien reproché, on a rien fait pour me faire progresser dans ma carrière : salaire qui n’a pas bougé depuis mon retour de congé maternité (j’ai demandé une augmentation, j’ai eu 15€ de plus par mois après une stagnation de 4 ans), de moins en moins de responsabilités, l’embauche d’une supérieure hiérarchique…

Par contre, à mon retour de congé maternité en 2012, les choses avaient changé. J’avais deux nouvelles responsables. Des femmes. Des mères. Mais qui m’ont fait payer mon désir de vouloir m’occuper de mes enfants. On m’a imposé de commencer à 7h30 le matin alors que j’avais demandé à commencer à 8h15 pour continuer à allaiter Raoul, on m’a donné des missions sans importance, on m’a rabaissé, on m’a caché des informations ou on a pris des décisions le mercredi (et oui, j’avais eu l’audace de prendre un 80%). Le retour de tout congé maternité est difficile, on sort de la bulle qu’on s’était créée avec son bébé pour reprendre le chemin du travail, bien souvent alors que bébé est tout petit. Je m’attendais à de l’entraide, à être soutenue. On m’a mis la tête sous l’eau. On pense que dans le public, c’est plus « cool », que le fait d’être maman n’est pas mal vu. On pense mal.

Je n’ai jamais lâché, j’ai entendu des choses hallucinantes. On m’a reproché des choses, on m’a fait comprendre que le fait que je sois maman et surtout que je veuille m’occuper de mes enfants tout en travaillant était un problème. Je ne voyais plus mes enfants le matin puisque je quittais la maison alors qu’ils étaient endormis. Alors je partais plus tôt le soir pour pouvoir les voir un peu. On m’a dit de prendre une nounou pour pouvoir finir plus tard. On a dit que mon allaitement ne devait pas perturber la bonne marche du service. On m’a dit qu’on avait pensé à me virer mais qu’on ne l’avait pas fait car j’avais enchainé les grossesses (j’ai passé 6 ans en CDD et il y a 4 ANS entre mes enfants je le rappelle).

Mais j’ai tenu bon. Parce que je savais que j’avais mes enfants et mon amoureux. Que le travail est ce qui me permet de gagner de quoi vivre mais que ça n’est pas ma vie. Que ces deux femmes qui m’ont pourri la vie devaient être bien malheureuses pour être comme ça. J’ai tenu bon, j’ai changé de service et depuis presque un an, je conduis ma fille à l’école le matin et j’habille mon fils après lui avoir donné le biberon en faisant un câlin. Le mercredi, je m’occupe de ma fille, on passe la journée ensemble. Ça parait tout bête mais c’est un bonheur sans nom.

A côté de ça, je sais que pour l’instant, ma carrière professionnelle est en stand-by. Je n’ai pas un poste enrichissant. Je prends plaisir à aller travailler car j’ai de super collègues. Mais je ne prends pas de plaisir dans mon boulot. J’ai peur de changer d’entreprise et d’être de nouveau confronté à ce que j’ai vécu.

On parle beaucoup des pays scandinaves. C’est un peu LE modèle. On change les rythmes scolaires car on envie leur réussite. On se dit que c’est super quand même ces papas qui prennent un temps partiel, ces mamans qui allaitent si longtemps.

Mais en France, si les enfants finissent l’école à 15h ou 16h, ils sont bons pour se farcir 3 à 4 heures de garderie. Si les enfants ont école le samedi matin, ils vont passer 5 jours et demi en collectivité et donc être crevés.

Mais en France, dans de nombreuses entreprises, les papas qui prennent ne serait-ce que leur congé paternel sont mal vus. Ceux qui prennent un congé parental, n’en parlons pas…

Mais en France, les mamans doivent reprendre le travail alors que leur bébé n’a même pas 3 mois. Fini le congé d’allaitement. Elles ont droit à 1h par jour pour tirer leur lait ou venir allaiter leur bébé s’il est à proximité. Une heure non payée. Et combien de mamans qui tirent leur lait dans les toilettes ? Combien de mamans qui se paient des réflexions car elles passent avec un biberon plein de leur lait (j’ai connu ça).

Mais en France, on trouve encore normal de programmer des réunions à 18h. On dit encore « Bonne après-midi » aux personnes qui s’en vont à 17h après une journée de travail.

Mais en France, on a encore cette culture si horripilante du présentéisme. Mieux vaut être à son bureau jusque 20h et ne rien faire plutôt que de partir à 17h après avoir fait une journée de travail entière et remplie.

On aura beau changer les rythmes, faire des lois, signer des promesses pleines de bons sentiments. Tant qu’on n’aura pas changé les mentalités, ça ne servira à rien.

Je suis une professionnelle de la communication. J’ai un bac+5 et 7 ans d’expériences. Je suis passionnée par mon métier. Et je suis AUSSI une maman qui veut pouvoir s’occuper de ses enfants et les voir grandir. Suis-je donc une utopiste ?

****************************

Si vous aimez mon blog, n’hésitez pas à voter pour moi au concours Blog Parents Famili

Rendez-vous sur Hellocoton !