Le mot qui fait peur

La semaine dernière, un de mes anciens collègue est mort. On l’a appris hier, par un mail du secrétariat. Je ne le connaissais pas bien, je le croisais juste de temps en temps. C’était un monsieur d’une cinquantaine d’années. Ce que je retiens de lui, c’est qu’il avait tout le temps le sourire.

A ce mail s’ajoutait un article de presse, parlant de ses activités et notamment de son implication dans la vie associative de sa ville.

Et puis, il y avait ces mots pour parler de sa mort. « Il nous a quitté des suites d’une longue maladie ». « Il s’est battu jusque la fin contre la maladie ».

Il avait un cancer. Il est mort. D’un cancer.

Cancer. Ça n’est pas un gros mot. Ça n’est pas un mot honteux. C’est une maladie.

Une maladie à laquelle on sera tous confrontés un jour ou l’autre. De près ou de loin.

Une longue maladie. Pour ne pas dire le mot. Comme si le fait de le prononcer était tabou. Comme si ne pas prononcer le mot éloignait la maladie.

Je vous laisse sur une citation de Pierre Desproges (mort d’un cancer d’ailleurs) :

Moi, j’ai pas de cancer, j’en n’aurai jamais, je suis contre.

Rendez-vous sur Hellocoton !