[HPI] De toute façon maintenant, tous les enfants sont précoces!

Autour de nous, il y a quelques enfants précoces. Un copain que la Miss connait depuis la crèche, une autre copine de la Miss, le fils d’une copine qu’on voit trop rarement…

Disons qu’on connaissait un peu le sujet avant de faire le test. Ce test, d’ailleurs, ça n’est pas moi qui ai voulu le faire passer à la Miss. C’est sa psy. Elle la suit depuis plusieurs mois car on était allé la consulter pour gérer ses angoisses multiples et franchement handicapantes.

Évidemment, en lisant des témoignages sur le sujet, plusieurs fois, je me suis posée la question. Mais les préjugés ont la vie dure et je me suis dit que non, elle n’était pas précoce car elle a un apprentissage « normal ». Elle a appris à lire au CP, elle se trompe encore souvent en faisant des maths, son orthographe est épouvantable, elle n’aime pas trop lire…

Et puis quand la psy a évoqué le test, je me suis renseignée un peu plus précisément. Sur les blogs, sur les sites spécialisés…

Autour de moi, j’ai eu des réactions très différentes quand j’ai parlé de l’éventualité de lui faire passer le test. Même si je n’en ai pas parlé à beaucoup de monde, j’ai quand même évoqué le sujet avec la famille proche mais aussi avec certains parents de copines qui ont de temps en temps à la gérer. Pour expliquer (excuser?) son comportement parfois incompréhensible.

Il y a eu les réactions très positives « Je t’avoue que je me pose la question depuis un moment à propos de la Miss. Ça ne m’étonnerait pas non ». Il y a eu des réactions assez neutres « Ah, oui, pourquoi pas. C’est vrai qu’elle est très sensible, ça pourrait expliquer ». Et puis il y a eu les réactions bourrées de clichés  » De toute façon maintenant, tous les enfants sont précoces! », « Il faut arrêter avec ça, la précocité c’est une mode! ».

C’est « rigolo » car c’est ce que la psy m’a dit quand elle a évoqué le test. « On a l’impression qu’il y a de plus en plus d’enfants précoces, que c’est une mode. Sauf qu’il y en a toujours eu. Simplement, on leur mettait l’étiquette d’enfants difficiles, capricieux ou même parfois d’inadaptés ».

J’ai reçu la semaine dernière le livre issu du blog tellement essentiel pour tout parent de zèbre : Les tribulations d’un petit zèbre. Ce blog était dans les références que la psy m’avait données quand on a eu le résultat du test. Une sorte de référence, très bien documentée et avec l’expertise de la maman qui a mené de nombreux combats pour que son fils réussisse à s’en sortir dans un système éducatif totalement inadapté pour qui ne rentre pas dans le moule.

Dans le livre (extrêmement intéressant par ailleurs), un chapitre s’intitule « Les surdoués, des clichés à la querelle des termes ». Le simple fait de ne pas réussir à nommer les EIP (Enfants Intellectuellement Précoces, terme officiel du ministère de l’Éducation Nationale) montre qu’il est compliqué de mettre un nom sur la situation.

Si on parle d’enfant surdoué, on imagine un enfant parfait, à l’intelligence supérieure, qui réussit tout et partout. Pas de place à l’émotion, aux peurs et à l’échec. L’enfant surdoué sait tout faire et connait tout. Il est  donc forcément imbu de sa personne et ses parents ÉVIDEMMENT le poussent dans ce sens. D’ailleurs, bien souvent tout ça n’est qu’un délire des parents qui veulent absolument que leur enfant soit supérieur aux autres.

Si on dit qu’il est précoce, on sous-entend qu’il fait les choses en avance. Avant les autres. Quand l’enfant précoce comme la mienne a des apprentissages tout à fait normaux, on a du mal à comprendre.

Dans les dénominations qui peuvent coexister, j’en garderais deux : haut potentiel qui sous-entend que tout ça n’est qu’un terreau pour développer des choses au fil de la vie ou encore zèbre, terme que j’emploie plus volontiers dans le sens où il est sans connotation qui porterait à interprétation.

Ma fille est une zébrelle, elle est à haut potentiel, elle a un QI supérieur, elle est douée. On y peut rien, c’est comme ça. On a pas choisi, on ne fait pas une projection de nos envies, on ne la pousse pas à devenir un petit génie psychopathe. Elle est hypersensible, elle adore l’école, elle a plein de copines, elle a un humour décalé qui me fait mourir de rire, elle ne supporte pas les contraintes (non elle n’est pas une enfant roi insupportable à qui on laisse tout passer), elle déteste la garderie, elle adore les documentaires, elle adore les activités manuelles, elle a une connaissance encyclopédique de ce qui se rapporte aux chevaux, elle n’a aucune coordination, elle adore les dessins animés débiles, elle est fan de Star Wars…

Non, tous les enfants ne sont pas précoces maintenant. Si on ne parle que de chiffres, 2,3% des gens ont un QI supérieur à 130 (ce qui est le cas de la Miss). Mais c’est un chiffre. Le Haut Potentiel, c’est tellement plus que ça. Faire passer le test à son enfant, ça n’est pas se gargariser d’avoir enfanté un prodige. C’est le début d’un cheminement qui permet de guider et d’aider au mieux son enfant dans ce qui sera sans nulle doute une route aussi longue que sinueuse… mais aussi extrêmement riche!

tous les enfants sont précoces

Rendez-vous sur Hellocoton !