[Cinéma] Les Invisibles de Louis-Julien Petit

Quand j’ai vu la bande annonce de ce film, j’ai tout de suite eu envie de le voir, sans vraiment savoir si j’allais rire ou pleurer.

Je l’ai vu dimanche soir et -spoiler alert- j’ai fait les deux.

Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis !

Quand on lit le résumé, on a presque l’impression que ça sera une comédie légère. Mais au fur et à mesure du film, on se rend compte que si on rit souvent grâce à une galerie de personnages hauts en couleur, on a les larmes aux yeux plus d’une fois.

Ce film met en avant des femmes qui traversent des galères diverses et variées. Il y a celles qui ont été confrontées à la violence, celles qui ont connu la dépression, le chômage, les immigrées arrivées la tête pleine de rêves, celles qui ont coupé les ponts avec leur famille. Toutes ont en commun cette impression (bien souvent avec raison) qu’on les a oubliées. On voit bien ce décalage entre des femmes qui sont sorties du système depuis tellement longtemps qu’elles ne savent plus comment s’intégrer sans aide et puis ce discours du “il faut les laisser se débrouiller seules”.

Il y a certains personnages qui m’ont vraiment marquée. Cette femme si attachante et drôle qui a tué son mari et qui ne peut pas s’empêcher de le raconter même à de potentiels employeurs (la scène avec la femme et ses enfants est à mourir de rire) ou encore cette jeune femme qui se marginalise malgré une envie profonde de s’en sortir.

Ces invisibles, presque toutes non professionnelles, sont vraiment formidables.

Et puis il y a celles qui tentent de les aider. Par tous les moyens. La directrice du centre jouée par la toujours formidable Corinne Masiero et Audrey Lamy en jeune femme dévouée corps et âme à son métier.

On sort de ce film chamboulée avec une drôle de sensation entre découragement et espoir. Un beau film à voir!

Je profite de ce billet pour vous parler de plusieurs actions mises en place pour les femmes SDF :
> L’association Féminité sans abri organise des collectes de produits de toilette et de soins. A Lille, il y a trois points de collecte : Mademoiselle Biloba, le cowork Lille et Jackie G coiffure.
>L’association Règles Elémentaires collecte des produits hygiéniques partout en France.

Rendez-vous sur Hellocoton !