Mes lectures de 2022 #4

Tant que le café est encore chaud

Un mois tout pile après mon dernier billet lectures, me revoilà avec six nouveaux livres lus ou écoutés ces dernières semaines.

L’année solitaire de Alice Oseman
Hors challenge

L’histoire : Je m’appelle Tori Spring. J’aime dormir et j’aime bloguer. L’année dernière – avant tout ce truc avec Charlie et avant que je doive affronter les dures réalités du bac et des candidatures universitaires et le fait qu’un jour je devrai vraiment commencer à parler aux gens – j’avais des amis. Les choses étaient très différentes, je suppose, mais c’est fini maintenant. Maintenant, il y a Solitaire. Et Michael Holden. Je ne sais pas ce que Solitaire essaie de faire, et je me fiche de Michael Holden. Je ne sais vraiment pas.
Mon avis : J’avais tellement aimé Heartstopper que j’ai eu envie de lire le premier roman d’Alice Oseman dans lequel on retrouve les personnages. Tori me fait énormément penser à la Miss de par son comportement et son côté asociale. Pour autant, je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire et au style…

Note : 3 sur 5.
séparation livres

Tant que le café est encore chaud de Toshikazu Kawaguchi
Catégorie 51 : Un livre trouvé dans une boîte à livres

L’histoire : A Tokyo se trouve un petit établissement au sujet duquel circulent mille légendes. On raconte notamment qu’en y dégustant un délicieux café, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud. Quatre femmes vont vivre cette singulière expérience et comprendre que le présent importe davantage que le passé et ses regrets. Comme le café, il faut en savourer chaque gorgée.
Mon avis : J’ai trouvé ce roman dans la boîte à livres de mon quartier et il m’a tout de suite donné envie. Malgré une histoire alléchante, l’idée de voyage dans le temps avec de nouvelles règles toujours ajoutées est bâclée. C’est plus une histoire de réalisme magique sur les regrets et les choses qui ont été dites ou faites trop tard. Et le morale sous-jacente des quatre histoires est bien trop conservatrice à mon avis.

Note : 3 sur 5.
séparation livres

Le Parfum des Cendres de Marie Mangez
Catégorie 52 : Un livre qui a gagné un prix littéraire (le prix Corpus Mortui)

Le Parfum des cendres

L’histoire : Les parfums sont toute la vie de Sylvain Bragonard. Il a le don de cerner n’importe quelle personnalité grâce à de simples senteurs, qu’elles soient vives ou délicates, subtiles ou entêtantes. Tout le monde y passe, même les morts dont il s’occupe tous les jours dans son métier ­d’embaumeur. Cette manière insolite de dresser des portraits stupéfie Alice, une jeune thésarde qui s’intéresse à son étrange profession. Pour elle, Sylvain lui-même est une véritable énigme: bourru, taiseux, il semble plus à l’aise avec les morts qu’avec les vivants. Elle sent qu’il cache quelque chose et cette curieuse impénitente veut percer le mystère. Doucement, elle va l’apprivoiser, partager avec lui sa passion pour la musique, et comprendre ce qu’il cache depuis quinze ans.
Mon avis : J’ai écouté ce livre audio dans le cadre du prix Audiolib et j’en ai parlé ici.

séparation livres

Le goût de la nectarine de Lee Lai

L’histoire : Bron et Ray sont liées par un amour puissant et dévorant. Leurs escapades sauvages avec Nessie, la nièce de Ray, constituent des îlots de bonheur qu’elles attendent chaque semaine avec impatience. Entraînées par le pouvoir d’imagination de l’enfant, elles peuvent être elles mêmes et oublier leur quotidien pris en étau entre des tensions familiales, le rejet et l’isolement. Mais les vieux démons de Bron resurgissant et leur relation s’étiolant, les deux jeunes femmes n’auront d’autres choix que de s’ouvrir à leurs sœurs respectives, dont elles se sont autrefois détournées. Parviendront-elles à laisser de côté leur rancœur et à trouver le chemin de la réconciliation ?
Mon avis : j’ai eu un peu de mal avec le style de l’illustration, notamment ce visage presque monstrueux donné aux personnages quand ils jouent. Pour autant, une fois cette impression passée, reste l’histoire et les personnages qui valent la peine de persévérer : une femme trans et son amoureuse, dont l’histoire est bouleversées par le mal-être de la première.

Note : 3.5 sur 5.
séparation livres

Emerett n’a jamais connu l’amour de Anyta Sunday
Catégorie 9 : Un roman dont le titre comporte au moins 7 mots
Reçu en service de presse

Emerett n'a jamais connu l'amour: Love, Austen, T1 par [Anyta Sunday, Mylène Régnier]

L’histoire : Emerett « Lake » Lakewood n’a aucun problème d’ego, mais son sens du dramatique est un chouia exagéré. Après la disparition tragique de son meilleur ami – qui s’est marié, merci de demander –, il décide de se distraire en jouant les cupidons. L’amour crépite dans l’air. N’importe qui pourrait le sentir. Enfin, n’importe qui, sauf Knight, le père de son meilleur ami, qui lui conseille d’arrêter de fourrer son nez partout et de laisser l’amour suivre son cours naturel. Mais que sait-il de la romance ? Depuis qu’il le connaît, Lake ne l’a jamais vu avec personne. Pourtant, Knight a tout pour lui. Il est sensible, gentil et généreux et, pour un type de quarante-quatre ans, il est clairement sexy, en toute objectivité. Alors pourquoi est-il célibataire ?
Mon avis : Voilà un moment que je n’avais pas lu de romance M/M alors cette histoire inspirée de Jane Austen m’a clairement bottée. Mais quelle déception ! Je ne sais pas si c’est la traduction qui est mauvaise, si c’était déjà nul à la base ou un peu des deux mais j’ai trouvé que c’était très bizarrement écrit. Certaines expressions tombaient à côté ou était bizarrement emphatiques. J’ai eu une drôle d’impression tout au long de ma lecture. Côté histoire, bah rien de dingue. L’histoire est cousue de fil blanc et on a l’impression que les personnages se créent des problèmes juste pour qu’on ait de quoi lire. A oublier…

Note : 1 sur 5.
séparation livres

Petits mensonges et conséquences: Un foyer à construire de Anyta Sunday
Hors challenge

Petits mensonges et conséquences: Un foyer à construire, T1 par [Anyta Sunday, Marine Labaisse]

L’histoire : Sam, est franchement flippé. Il va avoir 30 ans dans trois semaines et quand il réfléchit à ce qu’il a fait de sa vie, le constat est sans appel : rien de très excitant. Mais eh, il lui reste trois semaines non ? Peut-être a-t-il encore le temps de cocher un maximum des objectifs de sa liste de chose à faire à 20 ans. Pour l’aider, il peut compter par son voisin et ami de longue date : Luke. Luke qui a fait son coming-out à tout le monde… sauf Sam. Et si on rajoute le (faux) coming-out de son fils adolescent, Jeremy, cela donne une situation pour le moins… compliqué.
Mon avis : Je voulais me faire un avis sur un autre roman d’Anyta Sunday après le fiasco du livre du dessus. Et il s’avère que celui-ci est bien mieux. Déjà la traduction est meilleure je pense car je n’y ai pas trouvé de formulations bizarres et puis l’histoire aussi est carrément plus sympa!

Note : 3 sur 5.

Et vous, de nouvelles lectures à me conseillez? Et si elles entrent dans mon challenge, c’est encore mieux!

3 thoughts on “Mes lectures de 2022 #4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.